1.1 : « La référence à la transcendance dans les discours masculinistes : entre déni et invocations paradoxales »

La 1ère séance de l’atelier « Genre et religions » eut lieu mardi 22 février, et fut l’occasion pour nous d’assister à l’exposé de Romain Carnac (doctorant de l’EPHE), intitulé « La référence à la transcendance dans les discours masculinistes : entre déni et invocations paradoxales ». Cet exposé est une réflexion que Romain a menée dans le cadre de sa thèse qui porte sur la critique de la modernité démocratique dans les réactions religieuses et séculières au féminisme du genre. Nous présentons donc ici une synthèse de ce qui a été dit lors de cette séance.

Il s’est donc agi dans un premier temps de présenter ce que recouvre le terme « masculinisme ». Ce mot a été inventé par la philosophe féministe Michèle Le Doeuff (1989), avant d’être réinvesti par les hommes qui se sont reconnus dans ce mouvement (certains préfèrent toutefois à ce terme celui de «masculisme», d’ «hominisme» ou encore de «virilisme» . Le masculinisme se présente comme une réaction contre ce qui est présenté comme les excès du féminisme. Il apparaît d’abord au Québec dans les années 1970, au moment où le mouvement des femmes prend de l’ampleur et connaît plusieurs succès. Dans un premier temps, il se développe théoriquement de manière plutôt souterraine, puis s’internationalise au cours de la décennie suivante. Alors qu’au Canada le mouvement masculiniste se développe à l’extérieur de l’université, le monde académique étant acquis à la cause féministe, le mouvement va être, aux États-Unis, porté par des chercheurs de grande renommée titulaires de chaires dans les universités les plus prestigieuses, comme le professeur Harvey Mansfield. En France, la situation est encore différente : le mouvement masculiniste est plutôt soutenu par des polémistes, médiatisés mais isolés. Les masculinistes critiquent l’évolution de nos sociétés, dans lesquelles les féministes seraient allées trop loin, dépassant l’égalité des sexes. S’appuyant sur les théories d’A.O. Hirschman (2001), Romain retrouve dans ce discours les trois topiques de la rhétorique réactionnaire : l’effet pervers (le féminisme serait à l’origine de la guerre des sexes, de la défaillance du couple et de la famille), l’inanité (le féminisme n’améliorerait pas la situation des femmes et contribuerait au contraire à leur aliénation) et la mise en péril de la société (le féminisme menacerait l’équilibre de la société, voire la survie de l’humanité, et détournerait d’autres luttes plus urgentes).

Il est possible d’identifier trois pôles autour desquels s’articule le discours masculiniste : l’identité masculine, le rapport traditionnel entre les sexes et la paternité. D’abord, touchés par le divorce, le chômage entre autres difficultés professionnelles, la délinquance et ses peines de justice plus lourdes, concernés par un fort taux de suicide (au Québec), les hommes sont dépeints par les masculinistes comme en crise, désorientés, castrés par une « société mysandre ». Pour remédier à ce malaise des hommes, les masculinistes proposent de leur permettre de retrouver la fierté d’être un homme, en revalorisant par exemple la figure du guerrier. Nostalgiques de la famille bourgeoise traditionnelle, les masculinistes regrettent la disparition du patriarcat et d’une forme classique de romantisme dans la séduction, qu’ils considèrent dommageable également pour les femmes. Enfin, en soutien aux pères divorcés, privés du droit de garde de leur enfant, les masculinistes considèrent que ceux-ci sont victimes d’injustice, et d’un point de vue psychanalytique que leur absence peut compromettre le développement de l’enfant. Il s’agit de la thématique la plus médiatisée, qui est aussi celle qui présente le visage le plus sympathique du mouvement masculiniste.

Après cette présentation, Romain s’est appliqué à nous présenter les relations du masculinisme à la religion. Il nous a montré que bien que les masculinistes revendiquent avec insistance le caractère non-confessionnel de leur mouvement, l’antiféminisme catholique et les revendications masculinistes peuvent avoir des points de convergence. Les deux appellent à un retour du modèle conjugal et familial traditionnel et à une remise en cause de l’accès à la contraception et l’avortement (pour les masculinistes, il s’agit de rendre à l’homme la maîtrise de sa fécondité et son «droit à la paternité»). Le masculinisme, bien qu’il réfute toute affiliation idéologique ou religieuse, reste imprégné de religiosité, en perpétuant une dogmatique manichéenne de la nature. Il enseignerait la “vérité” face au “mensonge” des féministes. Les masculinistes se voient investis d’une mission, se pensent au service d’une cause qui les transcende, aux effets bénéfiques à tou(te)s ; les plus connus de ceux qui sont morts du « féminazisme » sont institués en martyrs (comme Marc Lépine commémoré le 6 décembre). Enfin, la masculinité est sacralisée, les masculinistes allant parfois jusqu’à appeler les hommes à se réapproprier les cultes phalliques des sociétés primitives.

Romain a terminé sa présentation en mentionnant deux mouvements masculinistes dans lesquels la dimension religieuse est particulièrement visible. Le premier, nommé Promise keepers, est apparu aux Etats-Unis en 1990 avant de se répandre au Canada, notamment. Issu de la droite catholique, et porté par le médiatique McCartney, son objectif est de soutenir les hommes qui souhaitent honorer la promesse qu’ils ont faite de subvenir aux besoins de leur foyer, en tant qu’époux et pères, autrement dit, chefs de famille. Le second est le Mouvement Mythopoétique fondé par R. Bly invite les hommes à s’inspirer des figures mythologiques greques, romaines ou scandinaves pour reconstruire leur identité, afin de leur permettre de reconsidérer leurs relations avec leur environnement social. Pour ce faire plus concrètement, ils organisent des rencontres en forêt où ils peuvent rituellement exprimer leurs émotions et se libérer des injonctions comportementales (qui les incitent à « se féminiser » mais aussi à répondre au cliché d’une masculinité violente et dominatrice et à ignorer leurs sentiments) auxquelles ils sont assujettis.

Au final, pour Romain, le masculinisme serait plus qu’une réaction au féminisme : une réaction à la modernité politique. Ainsi le masculinisme réactive-t-il des conceptions traditionnelles et fixistes du monde qui, sous un pragmatisme de façade, recèle en fait la religiosité d’une pensée pré-moderne.


L’exposé de Romain a ensuite été suivi d’une discussion, qui a porté notamment sur la question du lien entre exaltation de la virilité et homophobie et sur le rapport à la paternité.

La discussion nous a fait prolonger la séance. Même les quarante-cinq minutes supplémentaires n’ont pas fini de tarir le sujet.

Un sujet, ainsi qu’un lien avec la religion, qui méritent que l’on s’y intéresse davantage. Et au contraire de ce qui se fait de l’autre côté de l’Atlantique (comme souvent en ce qui concerne le genre), ce sujet commence à peine à se développer en France.


Bibliographique indicative :

Réflexions générales sur l’antiféminisme et/ou le masculinisme :

Christine Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999.

Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri (dir.), Le mouvement masculiniste au Québec : l’antiféminisme démasqué, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2008.

Dorian Dolozome et Maud Gelly, « L’offensive masculiniste », Les Cahiers de critique communiste, Femmes, genre, féminisme, Paris, Syllepse, 2007.

Francis Dupuy-Déri, « Féminisme et réaction masculiniste au Québec », in NENGEH MENSAH, Maria, (dir.), Dialogues sur la troisième vague féministe, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2005.

Textes masculinistes :

Jacques Arènes, Lettre ouverte aux femmes de ces hommes (pas encore) parfaits…, Paris, Fleurus, 2005.

Malek Chebel, La féminisation du monde : essai sur les mille et une nuits, Payot, 1996.

Yvon Dallaire, Homme et fier de l’être, Québec, Option Santé, 2001.

John Goetelen, La femme est-elle vraiment l’avenir de l’homme?, Marco Pietteur, 2006.

Patrick Guillot, La cause des hommes, Québec, Option Santé, 2005.

Harvey Mansfield, Manliness, Yale University Press, 2006.

Paul-François Paoli, La tyrannie de la faiblesse : la féminisation du monde ou l’éclipse du guerrier, Paris, Bourin Éditeur, 2010.

Michel Schneider, La confusion des sexes, Paris, Flammarion, 2007.

Jean-Philippe Trottier, Le grand mensonge du féminisme ou Le silence sur la triple castration de l’homme québécois, Montréal, Michel Brûlé, 2007.

Eric Zemmour, Le premier sexe, Paris, Denoël, 2006.



Vous aimerez aussi...