CR intervention d’EFiGiES, Biennale pour l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, Lyon, 16 mars 2011

Intégrer le sexe et le genre dans les recherches :

rôle et apports d’une association de doctorant.e.s, EFiGiES.


EFiGiES, c’est quoi ?

L’association EFiGiES a été créée en 2003, dans le sillage du 3e colloque international de recherche féministe de Toulouse tenu la même année.

C’est une association mixte, mais les postes de présidente, vice-présidente et trésorière y sont exclusivement attribuables à des femmes.

D’autre part, les chercheurs.euses en poste ne peuvent adhérer à EFiGiES : ils.elles doivent donc établir un partenariat avec des non-titulaires pour pouvoir s’impliquer dans les décisions ou créer un espace de travail avec EFiGiES. En premier lieu, l’association s’adresse donc aux étudiant-e-s et chercheurs/euses au statut précaire : de fait principalement, mais pas uniquement, aux doctorant.e.s.

Les objectifs principaux d’EFiGiES sont de :

  • créer des espaces de solidarité et d’échanges entre jeunes chercheur-e-s en études féministes, genre et sexualités via la mise en commun des savoirs et l’échange d’informations, pour faire face à l’isolement encore fréquent des jeunes chercheurs.euses en études de genres.

  • promouvoir l’institutionnalisation et la reconnaissance scientifique des enseignements et des recherches issus du féminisme, et donc tenter de conjuguer recherche et militantisme féministe.

  • défendre les étudiant-e-s contre les rapports de pouvoir qui s’exercent dans l’institution universitaire et leurs excès.

Dans le « paysage » des associations de doctorant.e.s et jeunes chercheurs.euses, EFiGiES occupe donc une place particulière par son objet, qui inclut la question de l’insertion professionnelle des doctorant.e.s (tout comme d’autres associations), mais ne s’y résume pas : EFiGiES facilite l’accès aux activités académiques des personnes non–statutaire-s et engagé-e-s dans un combat féministe.

Pour cela, les activités de l’association sont l’organisation périodique de journées d’études sur des thématiques ayant trait au genre, des ateliers de recherche le plus souvent mensuels (Lyon, Paris) et à Paris des « ateliers pro » (sur des thèmes très concrets tels « intervenir en public malgré son trac », « préparer la campagne ATER », etc). Au niveau national, est également mise à disposition une liste internet qui permet à tou.te.s de diffuser des infos scientifiques, des offres d’emploi, de stages, et également des informations militantes. Cette liste avoisine le millier d’inscrit.e.s.

Toutes ces activités ont pour caractéristique d’être largement et bien réellement interdisciplinaires, avec de surcroît une ouverture fréquente vers le « dehors » de l’université, notamment aux sphères militantes.

Les spécificités du genre en sciences humaines – apports et contestations.

Et cette articulation recherche – militantisme est une spécificité plus marquée en sciences humaines, puisque nous étudions les humains et/ou leurs productions artistiques et littéraires, et non la matière ou d’autres espèces vivantes.

Nous avons donc, en sciences humaines, d’une part la question de la place des femmes dans nos disciplines, comme cela se pose dans l’ensemble des disciplines de recherche, mais aussi, en plus, d’autre part la question de la place de l’étude de l’oppression par le genre via nos disciplines.

Ceci induit deux questions : la question de la place des femmes dans la recherche, comme dans toutes les autres disciplines, et aussi celle de la place des personnes qui mènent des recherches sur des questions de genre.

Concernant la deuxième question, Nicole Claude Mathieu, anthropologue, remarque que :

Dans toutes les disciplines, l’étape première [des women studies à partir des années 60] a été une critique épistémologique du biais sexiste [androcentrique] de la science et sa mise en rapport avec les structures d’oppression des femmes dans les sociétés, principalement occidentales, qui la produisent : les études féministes sont aussi une des branches, méconnue, de la sociologie de la connaissance

(Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, (dir.) Pierre Bonte et Michel Izard, PUF, 2004, p 276).

Et cette critique de l’androcentrisme débouche sur la « théorie des savoirs situés ».

Qu’est-ce que la théorie des savoirs situés ?

Les faits sociaux étudiés par les sciences humaines et sociales ont ceci de particulier que nous y participons tou.te.s, nous y occupons tous et toutes une place.

Ainsi, Pascale Molinier, réfléchissant avec les membres de son équipe de recherche du CNAM autour du travail domestique, constate par exemple :

nous avons fait la découverte désagréable mais instructive de nos propres résistances et censures. (…) Fils et filles de maîtres ou fils et filles de serviteurs (ou assimilés), nous ne réfléchissions pas tous et toutes à partir du même point de vue, et cela générait, autour de la table, beaucoup d’irritation et de ressentiment. Bref, les chercheurs aussi sont situés. (…) L’épistémologie du point de vue ou des savoirs situés a mis en évidence que les sciences sociales ont été construites à partir du point de vue « homme, blanc, bourgeois, [hétérosexuel], du Nord occidental » et que ce point de vue étant le seul considéré comme objectif, les points de vue minoritaires étaient considérés comme « subjectifs » ou « particuliers » et finalement rejetés comme non scientifiques.

(Pascale Molinier, Les enjeux psychiques du travail, Petite bibliothèque Payot, 2008, p. 45).

Ainsi, plus qu’un point de vue unique, qui serait objectif car suffisamment distancé, il convient de « rendre visible et interrogeable la situation de qui produit des connaissances sur qui. » (Pascale Molinier, 2008, p. 46),

L’objectivité apparaît alors plutôt comme résultant d’une triangulation de plusieurs points de vue, que comme donnée par un seul point de vue, qui serait par lui-même capable de tout voir. Et c’est donc donner voix au chapitre aux points de vue minoritaires, qui nous permet d’arriver à complexifier notre regard sur le réel étudié, et d’aller, justement, vers plus d’objectivité.

Ceci pose immédiatement, en conséquence, la question du lien entre recherche et action, la question de l’opposition, classique, faite entre militance et scientificité…

Mais cette question, étrangement, ne se pose que lorsque des apports minoritaires sont en jeu. Elle ne se posera en revanche pas, par exemple, pour un militant d’ATTAC qui serait également professeur d’université (son militantisme ne va pas discréditer ses recherches scientifiques).

En France : les études de genre entrent tardivement dans les disciplines universitaires.

De surcroît, en France, l’importation des études de genre et de ces questions a été tardive. Elle y est devenue plus saillante, à l’université, depuis le début des années 2000. Il faut souligner le rôle du regain des luttes féministes dans et hors de l’institution universitaire de la fin des années 1990 (époque notamment de l’adoption de la parité en politique), ainsi que le rôle des directives et financements européens, ici positif, dans cette émergence.

Aujourd’hui, l’institutionnalisation des recherches dans le domaine du genre est clairement engagée, mais elle reste limitée.

Par exemple, maintenant, on ne fait plus l’Histoire des femmes parce qu’il n’y avait que l’Histoire des hommes, on la fait parce qu’il est nécessaire de parler des femmes : il est devenu impossible de négliger purement et simplement la dimension sexuée des rapports sociaux.

Mais tout de même, lorsque l’on « fait du genre », cela peut laisser l’impression qu’on ne fait « que du genre », et « que critiquer » ce qu’ont fait les hommes auparavant dans nos disciplines.

Bref, les situations restent aujourd’hui très disparates et évolutives (rien n’est acquis définitivement) selon les disciplines et les lieux.

Les études de genre : une existence aujourd’hui reconnue, mais dans les marges des disciplines ?

En outre, cette institutionnalisation, qui pourtant n’est pas allée de soi, apporte d’autres difficultés.

Premièrement, les études de genre, aujourd’hui, ce n’est plus subversif en soi. Progressivement, le terme de genre devient un terme aseptisé, utilisé pour éviter l’usage de catégories telles que « femmes », « sexe(s), « sexualité(s) », ou même « études féministes ». Il est ainsi vidé de sa substance théorique et politique.

Ceci fait qu’à certains endroits, on peut même constater un phénomène(s) de mode autour des études de genre.

Pourtant, parallèlement, les études de genre sont fréquemment perçues (par les chercheurs en premier) comme une entité (certes) existante, mais extérieure aux disciplines, et en tout cas à leur discipline.

Enfin, aujourd’hui, certes, le genre est devenu une niche (ce qu’il n’était pas auparavant), qui peut nous porter quelque part, mais qui peut aussi nous y bloquer. Par exemple,  depuis une chaire d’Histoire du 20e siècle fléchée genre, la personne sera-t-elle jugée légitime à passer sur un poste général d’Histoire du 20e siècle ? Si la question est posée, c’est que la réponse n’est, aujourd’hui encore, pas évidente …

Et cette situation ambiguë favorise le développement de multiples stratégies parmi les étudiant.e.s, qui peuvent craindre d’être catalogué.e.s « féministes ». Cette appellation faisant, en effet, poindre la perspective peu joyeuse de se retrouver dans un ghetto intellectuel, certes, dorénavant reconnu de la sorte comme existant…

« Le féminin » : une existence aujourd’hui reconnue, mais dans les marges des disciplines ?

Ce qui nous mène au fait que ce sont, souvent, des femmes qui font des études sur les femmes…et donc à la tendance, plus générale, à la disqualification des domaines d’étude qui sont féminisés, tels notamment les études de genre, ou encore qui sont en train de se féminiser.

Exemple : cette remarque agacée entendue dans les sphères universitaires, sur le fait que « selon certains », ce devraient être « les homos qui étudient les homos », « les femmes qui étudient les femmes », etc.

Nicole Claude Mathieu remarquait déjà que :

Si ces travaux sont faits principalement par des femmes, ce n’est pas en tant que biologiquement telles mais en tant que membres d’un groupe opprimé sur le critère du sexe : l’expérience minoritaire peut fournir une distanciation par rapport à la vision androcentrique.

(Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, op. cit., p 277).

On peut ajouter, en outre, que si les travaux sur l’homosexualité, ou les femmes, sont effectués principalement par des personnes appartenant à ces catégories, c’est aussi, peut-être bien, que personne d’autre n’avait jugé intéressants ces sujets de recherche auparavant.

Par exemple, sans Natacha Chetcuti, lesbienne, qu’aurions-nous aujourd’hui comme recherches, en sociologie francophone, sur la vie des lesbiennes et leur mise en couple ? Pas grand chose.

Des goûts et dégoûts en sciences humaines : qui décide ?
Enchantement et dénégation des rapports de pouvoir dans la recherche : quelles conséquences ?

Ceci peut nous mener à poser la question des sujets les plus valorisés dans la recherche, et des moins valorisés : de quels goûts ou indifférence portent-ils la marque, lorsque les « décideurs » en SHS sont, aujourd’hui encore, très majoritairement des hommes, éduqués « en hommes » et donc, peut-être, plus intéressés par des sujets autour du politique et des luttes de pouvoir entre « grands hommes », qu’autour des techniques du tissage ou de broderie, pour prendre des exemples volontairement caricaturaux ?

Enfin, il faut poser la question des rapports de pouvoir au sein des universités et dans les relations directeurs/doctorantes ou professeurs/étudiant-es, plus particulièrement.

Ces rapports de pouvoir font l’objet d’un véritable tabou à l’Université.

Ils peuvent engendrer des abus de pouvoir, dont l’une des formes sans doute les plus graves est le harcèlement sexuel, qui a fait l’objet d’une mobilisation parmi les jeunes chercheuses.eurs en études féministes, genre et sexualités depuis 2002, en lien avec l’association CLASCHES.

Mais sur ce point des abus de pouvoir dans l’Université, force est de constater que les avancées sont minimes, voire nulles.

La situation actuelle reste catastrophique pour les doctorantes qui sont victimes de tels abus : les possibilités de recours sont bien inférieures à celles du Code du Travail, et inefficaces en pratique. Tant et si bien que ce sont, dans ces cas de figure, aujourd’hui encore des carrières de chercheuses brisées dans l’œuf, en plus de la blessure personnelle à supporter le plus souvent en silence.

En conclusion :

Si depuis le début des années 2000, un tournant clair a été pris pour l’implantation des études de genre dans l’Université française, ce qui représente le fruit de décennies d’effort par des chercheuses militantes, cette institutionnalisation reste contrastée. Les études de genre pourraient même exister, mais en tant que « ghetto intellectuel » en-dehors des disciplines. Ou encore devenir à la mode au prix d’être suffisamment vidées de leur substance subversive. La place des personnes qui mènent des recherches sur des questions de genre est directement fonction de ces difficultés et aussi des évolutions positives bien réelles de la décennie.

En revanche, sur la question de la place des femmes dans la recherche, en sciences humaines et sociales, il n’est pas superflu de dire qu’un chantier important et difficile reste à poser sur la table. Presque tout reste à changer, moyennant peut-être un désenchantement de l’image que l’on se donne à nous-mêmes des relations dans l’Université.

Les acquis de l’institutionnalisation récente des études de genre pourraient constituer un appui pour cela. Les besoins d’amélioration sont en tout cas urgents et patents, sous des apparences qui parfois nous trompent même nous-mêmes sur notre place au sein de ce monde.

Sophie Perrin, pour l’association EFiGiES, à Lyon le mercredi 16/03/2011.

Cette intervention est largement le fruit de la mise en forme de la réflexion collective menée au cours de l’atelier lyonnais d’EFiGiES en février 2011 autour du thème « recherche et action : genre et féminisme », ainsi que des réflexions menées par EFiGiES Paris lors de la préparation de précédentes interventions.

Liens Internet :

Références bibliographiques :

  • Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, (dir.) Pierre BONTE et Michel IZARD, Paris, PUF, 2004.
  • MOLINIER, Pascale, Les enjeux psychiques du travail, Paris, Petite bibliothèque Payot, 2008.




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.