ATELIER 2019/2020 « GENRE, NORMES ET PSYCHANALYSE » UNIVERSITE DE PARIS (UNIVERSITE PARIS-DIDEROT)

N.B : En raison de la motion de grève adoptée par notre Université de Paris-Diderot, la 6ème séance de notre atelier, prévue le Jeudi 6 Mars est reportée au Jeudi 19 Mars 2020.

En 2000, dans ses « états d’âmes » adressés à la psychanalyse, Jacques Derrida écrit : « On connaît la vieille liaison entre la psychanalyse et la scène, entre la psychanalyse et le théâtre. Sera-ce toujours la même structure théâtrale ? Sera-ce encore demain, au prochain millénaire, le même modèle, le même dispositif, la même famille théâtrale ? Sera-ce le théâtre de la même famille, une famille toujours plus ou moins royale, plutôt patriarcale et hétérosexuelle, installée dans la différence sexuelle comme opposition binaire ? Sera-ce aussi, désormais, une famille monoparentale ou triparentale, par exemple ? » (Derrida.J, 2000) Si, à l’aube des années 2000, ces questions paraissent pour bon nombres d’analystes relever de la fugacité, qu’en est-il aujourd’hui, presque 20 ans plus tard, des transparentalités et homoparentalités fleurissant à même la réalité ? La psychanalyse peut-elle penser, par-delà la pure « fiction théâtrale », ces nouvelles configurations familiales ?

En effet, les réagencements de la famille qui ne se fondent plus nécessairement sur un partage de genre et de sexe binaire, ne renverseraient-ils pas, dans ce qu’ils présentent de subversif au plan politique, un certain « dispositif de sexualité » (Foucault.M, 1976) et d’alliance cisgenre, blanc, bourgeois, hétérocentriste et patriarcal fondé sur la chrétienté ? S’agirait-il de réinventer une nouvelle Histoire de la sexualité à partir d’une « ontologie de l’actualité » (Foucault.M, 1984) qui ne trouverait plus ses origines dans l’Antiquité Grec et Romaine ? (Derrida.J, 2000) L’acte ultime de l’analyse, se signera-t-il encore d’une apodictique et pathétique scène oedipienne ? Si ces questions convoquent directement la psychanalyse en la mettant sur les traces de sa propre histoire et de son propre savoir, l’enjeu sera de montrer qu’elle dispose – plus que tout autre épistémologie – d’outils techniques et théoriques subversifs. En effet, l’expérience du transfert et l’écoute d’un inconscient contingent, sexuel, demeurent des terreaux féconds propres à toutes réinventions. Comment accueillir, en somme, ces multiplicités de genres, de sexes et de sexualités sans pour autant superposer au discours du sujet, la « violence de l’interprétation » (Aulagnier.P, 1975) et celle de l’exclusion ?

Si les questions, liées à la parentalité et à la scène oedipienne, abreuvent la psychanalyse de l’intérieur et constituent le premier axe de travail sur lesquelles nous souhaitons porter notre attention, le second temps sera dédié aux violences perpétrées en raison d’une transidentité et/ou d’une homosexualité. Reconnaître la violence comme « la plus brutale, la plus collective et la plus pure, car la plus sociale », (Clastres.P, 1997), implique de la défaire d’un model ubiquitaire. Si l’espace « privé » de la cure a longtemps bénéficié d’une immunité en étant considéré « hors cité », les violences perpétrées dans le cabinet (Ayouch.T, 2015), nous amène à nouer l’intime au politique. Dès lors, comment comprendre la violence qui agitent les sujets – psychanalystes compris – dès lors qu’ils/elles se trouvent confronté/es aux transidentités ? La violence adviendrait-elle lorsque « la vérité » d’un sujet n’est plus arborée au seuil d’une corporeité normée et littéralisée ? Les transidentités mettraient-elles en exergue le « malaise culturel » que toute assignation de genre révèle ? Cette assignation relèverait-elle d’un traumatisme et la violence de son éventuel effet d’après-coup ? Les questions que nous adressons, aujourd’hui, à la psychanalyse, depuis ces marges, porte sur une volonté d’extension de notre épistémologie au champ du social. Ainsi les interventions pluridisciplinaires que nous souhaitons accueillir dans notre séminaire s’inscrivent dans une perspective de resignification du savoir et de la pratique analytique à partir d’épistémologies mineures (féministes, trans, queer …) et en retour, une ouverture de ces études à l’apport subversif de la psychanalyse.

PROGRAMME DES INTERVENANT/ES : 

  • Jeudi 3 Octobre 2019 : Association  » SOS HOMOPHOBIE  » :  » homosexualités, homoparentalités, transidentités, la violence des discriminations  » 
  • Jeudi 7 Novembre 2019 : Fabrice BOURLEZ (psychanalyste et philosophe) et Silvia LIPPI (psychanalyste, docteure en psychologie) : «  Déconstructions du genre et clinique mineure : au-delà de l’Oedipe  » /  » Oedipe Forever !  » 
  • Mercredi 4 Décembre 2019 : Laurie LAUFER et Thamy AYOUCH (Psychanalystes et professeur/es à l’Université de Paris, Diderot) :  » Psychanalyse et féminismes ou le rire des féministes  » 
  • Jeudi 16 Janvier 2020 : Nicolaï JOHNSON (Endocrinologue, hôpital Cochin) et Rochelle GREGORIE (comédienne, ex-présidente de l’ASB (Association du Syndrome de Benjamin), l’une des premières associations à accueillir, soutenir et accompagner les personnes Trans’, ex-écoutante sur la ligne d’aide aux personnes Trans’ pendant 4 ans au Centre Gai et Lesbien, Co-initiatrice en 1993 de l’ExisTrans’, la marche des Trans’ et de celles et ceux qui les soutiennent, dans elle a inventé le nom, créatrice du drapeau Trans’ Français) :  » Transitions de genre et violences médicales  » 
  • Jeudi 6 Février 2020 : Beatriz SANTOS (psychanalyste, maîtresse de conférence à l’Université de Paris, Diderot) et Elsa POLVEREL (psychologue clinicienne et docteure en littérature française) :  » Sexualités – pulsionnalités dans les enjeux politiques actuels  » SEANCE REPORTEE EN AVRIL EN RAISON DES GREVES
  • Jeudi 19 Mars 2020 : Association  » PSY.GAI.E.S » avec Lionel LE CORRE et Marie-Laure PERETTI
  • Jeudi 2 Avril 2020 : Association  » AIDES «  
  • Jeudi 7 Mai 2020 : Caroline MECARY (Avocate de « toutes les familles » aux barreaux de Paris et du Québec, ancien membre du conseil de l’ordre)
  • Jeudi 4 Juin 2020 : Florence ROCHEFORT (chargée de recherche au CNRS, Co-directrice de la revue « CLIO, femmes, genre et histoire »)
  • Jeudi 2 Juillet 2020 : Emmanuelle BAYAMACK-TAM (Ecrivaine)

Atelier ouvert à tous/tes, sans inscription préalable.

LIEU :

UNIVERSITE DE PARIS, (UNIVERSITE PARIS-DIDEROT)

Bâtiment « OLYMPE DE GOUGES »

Les salles sont actualisées sur cette page d’une séance à l’autre : 

Séance du Jeudi 5 Mars 2020 reportée au Jeudi 19 Mars 2020 en raison des grèves universitaires.

(numéro de salle à venir)

8 rue Albert Einstein, 75013

HORAIRES :

de 18h à 20h

ACCESSIBILITE :

Métro ligne 14  » Bibliothèque-François Mitterand « 

RER C  » Bibliothèque-François Mitterand » 

Tramway ligne T3a, arrêt « Avenue de France« ,

Bus n°89 arrêt  » Porte de France« . 

COORDINATION :

Anaïs TOUATI (Psychologue clinicienne, doctorante, ATER, Université de Paris, Diderot)

et

Mélanie GOSSE (psychanalyste, doctorante, Université de Paris, Diderot)

CONTACT :

anaistouati@gmail.com, melanie.gosse@icloud.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search