Les membres de GNP au IIème Congrès international de l’Institut du Genre, le 29 août dernier

Vous trouverez ci-dessous la présentation de l’atelier GNP lors du 2ème Congrès international de l’Institut du Genre qui a eu lieu du 27 au 30 août 2019 à l’Université d’Angers, ainsi que les résumés des différentes membres du groupe ;

AT 45: La régulation du travail procréatif : aux confins de l’émancipation des femmes ?

À travers l’analyse de différentes tâches afférentes à la procréation – la régulation de la fécondité, l’accouchement, l’allaitement des enfants, mais aussi les pratiques de gynécologie –, il s’agira dans cet atelier d’éclairer les normes et inégalités qui sous-tendent le « travail procréatif », et par-là les obstacles ordinaires auxquels se heurte l’autonomie des femmes. Dans un domaine autant marqué par les projections naturalisantes et les frontières de la « vie privée » voire intime, se trouve-t-on aux confins de l’émancipation des femmes ? Malgré l’acquisition d’un ensemble de droits leur permettant de choisir d’enfanter ou non, les avancées légales se doublent d’un encadrement technique et d’une médicalisation croissante de leur vie sexuelle et reproductive. L’acquisition d’une maitrise élargie sur leur corps et ses produits s’est faite au prix d’un travail quotidien dont il importe de questionner les modes de régulation actuels. De manière à appréhender les divers obstacles à une pleine émancipation des femmes, les communications proposées porteront leur attention tant sur les pratiques dominantes, que sur des formes plus minoritaires du travail procréatif – en se demandant par exemple ce que produit son enchevêtrement avec du travail militant.

Mots-clefs : travail procréatif ; liberté sexuelle et procréative ; émancipation

Marie MATHIEU (docteure, CRESPPA-CSU) et Cécile THOMÉ (doctorante, IRISEHESS)

Avorter et se contracepter : le travail des femmes pour leur autonomie sexuelle et procréative

En France, les femmes peuvent aujourd’hui choisir d’avoir des rapports hétérosexuels non fécondants tout comme d’interrompre une grossesse. Si la diffusion de la contraception médicale et l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) permettent aux femmes de décider de ne pas avoir d’enfant lorsqu’elles ne le souhaitent pas, ces progrès impliquent cependant aujourd’hui qu’elles assument un travail ponctuel et/ou quotidien. À partir de la réunion de matériaux recueillis dans le cadre de deux thèses de sociologie, l’une analysant l’expérience contemporaine d’avortement en France et au Québec, et l’autre interrogeant les effets de la diffusion de la contraception médicale sur la sexualité hétérosexuelle, cette communication éclairera les différentes dimensions de ce travail assumé par les femmes : ses composantes physique et émotionnelle, l’implication temporelle et l’investissement économique associés, tout comme la charge mentale qu’il recouvre et son articulation parfois difficile avec d’autres tâches (ex.: travail salarié, études, élevage d’un enfant…). Il s’agira à travers l’analyse conjointe de ces pans du « travail procréatif » de révéler les limites de l’émancipation procréative et sexuelle des femmes, la régulation sociale – plus particulièrement médicale – assurée sur ces pratiques, et d’éclairer la reconfiguration des rapports sociaux (notamment de sexe) dissimulée derrière ces avancées techniques et sociales. De plus, la mise en perspective des différentes techniques de régulation des naissances nous permettra de dévoiler comment la hiérarchisation sociale des méthodes contraceptives (contraception médicalisée ou non médicalisée) et abortives participent au maintien d’une surveillance médicale sur la liberté accordée aux femmes suite à de longues batailles.

Mots-clefs : travail contraceptif et abortif, liberté sexuelle et procréative, autonomie.

Maï LE DÛ (post-doctorante LESC Nanterre-Paris Descartes) et Chiara QUAGLIARIELLO (post-doctorante ANR Hypmedpro, CEMS-EHESS)

Accouchement et allaitement : le naturel en trompe l’oeil ?

Historiquement conçus et interprétés comme impensés féministes, accouchement et allaitement font désormais partie des discussions autour du travail procréatif. Alors que la référence au naturel – pratiques corporelles, physiologiques et biologiques – était suspectée d’essentialisme, elle semble connaître une seconde voie d’interprétation : celle d’une émancipation des femmes par la réappropriation du travail corporel. Au travers de la mise en perspective de ces deux moments du « devenir mère », notre objectif sera : – de montrer qu’en institution de soin le modèle du « naturel » accroît la vigilance du monde médical sur l’efficacité du travail accompli par les femmes : le respect de la physiologie revendiqué par les parturientes et les jeunes mères entraine une normativité en termes, par exemple, de durée d’accouchement et de prise de poids du nouveau-né. De même, la « performance » attendue entraîne un risque fort de culpabilisation en cas de sortie des prescriptions obstétricales ou comportementales. D’où la proposition d’un second niveau de lecture d’un modèle d’enfantement qui se veut aujourd’hui de plus en plus autonome vis à vis du contrôle médical et technique. – de considérer la pluralité interne à la classe des femmes afin de montrer à quel point les pratiques qui motivent ces modèles du naturel sont socialement et culturellement situées : elles font apparaître des inégalités de classe et des représentations stéréotypées des compétences pensées comme « innées » chez les femmes « non blanches ».

Mots-clefs : modèles d’enfantement, accouchement ‘naturel’, allaitement, intersectionnalité

Irène-Lucile HERTZOG (PRCE en sociologie, CERREV) et Virginie ROZÉE (CR, INED)

Le travail procréatif des femmes dans l’AMP : entre aliénation et émancipation

Dès les années 1970, des études féministes ont mis en avant le caractère genré de l’assistance médicale à la procréation (AMP) et notamment les multiples relations de pouvoir qui traversent le monde privé et public de la reproduction médicalement assistée. Ces études témoignent néanmoins de la difficulté à penser les tensions, voire les contradictions, que peuvent incarner ces techniques pour les femmes, entre choix et contrainte, entre émancipation et aliénation. En effet, ces tensions et contradictions que l’on retrouve dans le travail en général, dans le travail reproductif en particulier, se voient ici exacerbées avec l’AMP. Ces techniques biomédicales permettent aux femmes de se libérer des contraintes biologiques liées à la reproduction, mais en même temps, elles réassignent les femmes au travail procréatif, à la performance de leur corps reproducteur, tout en les dépossédant de leur autonomie et capacités corporelles et reproductives. A partir des études que nous avons menées auprès de femmes qui recourent à l’AMP, notre objectif est d’analyser et de comprendre les enjeux personnels et sociaux qui se cachent derrière le travail reproductif des femmes ; et ainsi de réinterroger, à partir du discours et de l’expérience des femmes elles-mêmes, cette dualité entre aliénation et émancipation dans l’AMP.

Mots-clefs : assistance médicale à la procréation ; travail procréatif ; biomédecine ; tension aliénation/émancipation.

Lucile QUÉRÉ (doctorante, Unil, CEG) et Lucile RUAULT (post-doctorante au Cermes3, associée au CERAPS)

Le corps peut-il être support de création d’un sujet féministe ? Étude croisée d’expériences féministes autour de l’avortement et du self-help dans les années 1970 et aujourd’hui

La communication vise à interroger la portée émancipatrice de pratiques corporelles que mettent en oeuvre des groupes de femmes dans des séquences marquées par la forte visibilité des idées féministes. En faisant dialoguer des matériaux empiriques issus de deux recherches doctorales, il s’agit de mettre en perspective l’action de groupes du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) actifs de 1973 au début des années 1980 (France) et de collectifs actuels de self-help (France, Belgique, Suisse). On se demandera d’abord ce par quoi et contre quoi s’exerce, en pratique, la dimension émancipatrice de ces activités : l’idée de (re)prendre le contrôle sur son corps (reproducteur), en particulier vis-à-vis de l’institution médicale, est prégnante dans les discours des enquêtées. Un deuxième temps sera dédié aux modalités du « devenir féministe » et aux implications subversives d’un engagement par corps, eu égard à la socialisation corporelle préalable des femmes engagées. Enfin, si les expériences d’auto-santé sont réputées être un « outil libérateur » au niveau individuel, on questionnera leur portée critique en examinant les conditions de création d’un sujet collectif : la conscience des oppressions communes et la quête de solidarités peuvent-elles advenir sans politisation féministe préalable ? Il faut aussi considérer les ambiguïtés des revendications en les replaçant dans le cadre du travail procréatif qui incombe ordinairement aux femmes.

Mots-clefs : self-help ; avortement ; pratiques corporelles ; socialisation féministe

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search