Assistance médicale à la procréation et concept du « genre »

Compte-rendu de l’atelier Efigies Aix-Marseille n°1.

Présentation de l’enquête sur l’assistance médicalisée à la procréation (AMP)

Cette première séance de travail de l’atelier Efigies Aix-Marseille s’est ouverte avec la présentation d’une enquête collective menée par les étudiant-e-s de Master 1 de l’EHESS-Marseille sous la direction scientifique d’Irène Théry, Agnès Martial et Cyril Farnarier. Cette étude, menée dans différents services médicaux d’Aix-Marseille, porte sur les asymétries masculin / féminin dans les parcours d’assistance médicale à la procréation (AMP). Elle s’appuie sur des entretiens auprès des professionnels des services, des questionnaires auprès des patients, et l’analyse d’un corpus de documents en ligne. L’enquête s’est déroulée sur deux ans et a permis de rassembler un riche matériau (528 questionnaires, 64 entretiens qualitatifs, 5 sites internet institutionnels et une trentaine de blogs tenus par des personnes ayant ou ayant eu recours à l’AMP).

Cyril Farnarier, coordonnateur de l’enquête, a exposé les premières pistes d’analyse qui se dégagent des données recueillies. La problématique qu’il nous a présentée portait sur l’impact du fonctionnement du service sur les personnes engagées dans l’AMP. Dans ces premières analyses, essentiellement développées à partir du traitement des entretiens, il s’agissait de voir ce que la médecine fait au genre. Au travers des places accordées aux hommes et aux femmes dans les discours des professionnel-le-s et dans les pratiques aussi bien professionnelles qu’institutionnelles ou celles des patients eux-mêmes, Cyril Farnarier questionne l’usage de la notion de couple dans le service. Ces quelques réflexions le conduisent à interroger la place particulière à laquelle l’idée de sexualité semble être assignée dans le déroulement d’un parcours d’assistance médicale à la procréation.

Autour de l’article « Fantasme du millénaire » de Joan Scott

La publication de la traduction de l’article de Joan Scott (« Fantasmes du millénaire : le futur du « genre » au XXIe siècle » pp. 89-117) dans le dernier numéro de Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, (Relectures, 32 / 2010) nous a poussé à nous intéresser au débat qui entoure la catégorie de genre, et le décalage qui existe en France à ce propos.

Le texte proposé par Clio est en fait une traduction d’un article de Scott de 2001 (« Millenial Fantasies. The Future of “Gender” in the 21st Century »1) dans lequel l’historienne américaine soulevait, à ce moment, des interrogations sur l’usage et la pertinence de la catégorie de genre.

L’article de 2001 est un écho direct à un article antérieur particulièrement influent, « Gender: A Useful Caterogy of Historical Analysis », que Joan Scott publie en 1986 dans The American Historical Review.

Joan Scott y soulignait deux enjeux dans l’usage croissant dans les années 1960-1970 de la notion de « gender » dans les travaux féministes :

  • le rejet du déterminisme biologique communément associé à la notion de sexe (cf. travaux de Robert Stoller, d’abord, puis de Ann Oakley surtout). Le genre alors « une catégorie sociale imposée à un corps sexué » 2
  • l’insistance sur la dimension relationnelle des définitions normatives du masculin et du féminin

Tout en reconnaissant les bénéfices de cette approche, Scott critique ce qu’elle considère être les limites des études en terme de genre menées dans les années 1970 et 1980, notamment en histoire :

  • des usages trop descriptifs – le genre relève du constat d’une relation ente les sexes, mais ne s’accompagne pas d’une analyse de la production de cette relation ;
  • une fonction d’euphémisation – le « genre » comme synonyme plus acceptable au sein de l’académie de « femme » ;
  • une capacité faible à transformer les paradigmes historiques existants.

Elle reprend les trois grands courants théoriques ayant mobilisé une approche en termes de genre – théories du patriarcat, théories marxistes, théories psychanalytiques. Aux uns, elle reproche la réification de la différence physique entre hommes et femmes ; aux autres, elle reproche de n’accorder aucune autonomie analytique aux rapports de genre.

Scott souhaite historiciser le genre, et déconstruire les termes de la différence sexuelle – enjeu qu’elle appréhende dans une perspective solidaire du linguistic turn :

Woman’s place in human social life is not in any direct sense a product of the things she does, but of the meaning her activities acquire through concrete social interaction3

Joan Scott souhaite prolonger et radicaliser l’analyse en terme de genre, en travaillant la métaphore grammaticale à la base de la notion – métaphore qui permet de penser plus de deux genres, et souligne la variabilité (géographique et historique) de ce qui est masculin ou féminin. Elle en propose la définition suivante : « le genre est un élément constitutif des relations sociales reposant sur les différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier les relations de pouvoir »4

Les deux propositions semblent indiquer des directions de recherche différentes, mais c’est en les comprenant ensemble que se dégage l’originalité de la démarche que propose Scott. Le genre devient une question y compris dans les espaces où l’existence de relations hommes / femmes ne sont pas évidentes au premier abord, et les relations hommes / femmes sont l’un des creusets qui font des formes symboliques, des normes, des institutions, des identités – en toute généralité – ce qu’elles sont.

Dans « Millenial Fantasies. The Future of “Gender” in the 21st Century », plus de dix ans après cet article fondateur, Scott exprime des perplexités qu’elle avait déjà soulevé par ailleurs (notamment dans la deuxième édition de 1999 de Gender and politics of history).

Selon Scott le genre risquait de perdre – dans l’usage qu’on en faisait – son tranchant critique et militant, et il n’arrivait pas à dépasser la dichotomisation entre les sexes : réduit à une catégorie sociale de la différence de sexes, le genre n’arrivait pas à questionner et déconstruire les catégories biologiques qui fondaient cette différence :

Nous féministes devons pouvoir nous mobiliser, redoubler d’efforts contre le déterminisme biologique ; nous devons réévaluer la manière dont nous le rejetons. C’est cette deuxième voie que je veux explorer aujourd’hui. Si, dans une veine freudienne un cauchemar peut exprimer un souhait  [….] de même on pourrait conclure que le genre n’est plus la catégorie utile qu’il a été, non pas parce que l’ennemi a gagné, mais parce que utiliser ce terme aujourd’hui ne fait plus avancer la cause féministe5

Cette position – critique et vigilante – n’empêchait pas, par ailleurs, Scott de revenir par la suite sur la question lors d’un colloque organisé aux États-Unis en 2007 : In terms of gender6

Et peu après, la volonté d’élargir ce débat au monde francophone avait amené Eric Fassin à organiser une table ronde avec la même Scott et Judith Butler intitulé : « Pour ne pas en finir avec le genre »7. À ce moment Scott déclarait :

Lors du colloque, nous avons eu des échanges très intéressants sur l’utilité du « genre ». Je crois que c’est toujours une catégorie utile si l’on s’en tient aux termes de ma définition originale, soit un questionnement sur la manière dont la différence sexuelle est conçue. Si, comme je l’ai suggéré, « le genre est un élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes », alors, l’analyse porte sur ce que sont ces différences perçues, comment (et si) elles travaillent à établir des relations sociales et des relations de pouvoir normatives. Je n’ai jamais renoncé à cette perspective, qui continue d’informer mon travail, comme celui de beaucoup d’autres – les interventions lors du colloque illustrent d’ailleurs admirablement l’importance de ce type de questionnement. Ce qui me dérangeait pourtant en 1999, et qui continue de me déranger, c’est la diffusion du terme, et ce qu’elle lui a fait perdre en efficacité critique8.

La traduction dans Clio de « Millenial Fantasies. The Future of “Gender” in the 21st Century » se positionne donc un pas en arrière dans le débat international ; ce choix est par ailleurs revendiqué par la rédaction qui écrit, à ce propos :

Tandis qu’en Europe le terme de genre entre enfin de manière décisive dans le répertoire de la recherche académique, Joan Scott  […] le déclare dépassé et contre-productif. On mesure alors le décalage qui sépare les études américaines et les études européennes non-anglophones : le genre, parce qu’il est devenu d’emploi banal dans le vocabulaire des organisations internationales, de même que dans des recherches américaines dorénavant dominées par les approches de la psycho-socio-biologie, a été détourné de l’emploi critique revendiqué dans les années 1980 par l’historienne féministe. Au-delà du mot, c’est la critique des savoirs et des usages « routiniers » qui est en jeu.

Il nous semble alors que le décalage, loin d’être dépassé, est encore présent dans cette traduction tardive. Est-il uniquement la conséquence d’un retard français ou aussi le résultat d’un positionnement intermédiaire du monde académique francophone vis-à-vis du genre ?

Selon Fassin, qui en 2008 trace un bilan historiographique dans « L’empire du genre. L’histoire politique ambiguë d’un outil conceptuel »9, la question n’est pas anodine. En France c’est la méfiance du monde académique envers la démarche militante du féminisme américain qui a engendré les retards et les résistances au regard du genre. Alors qu’en fait :

L’ambiguïté du genre tient au contexte politique. L’autonomie scientifique en serait-elle constamment menacée par l’hétéronomie ? Sans doute certains y verront-ils la confirmation de leur méfiance devant un concept « impur », car entaché de politique ; mais l’histoire qu’on vient de retracer pourrait à l’inverse encourager, c’est du moins l’intention qui la guide, la prise de conscience qu’il n’est pas de concept « pur », affranchi du contexte de son émergence ou de son importation. Les outils avec lesquels travaillent les sciences sociales n’échappent jamais à leur nature sociale. L’avantage des concepts ouvertement politisés, du point de vue même de la scientificité, c’est donc qu’ils ne permettent pas de s’aveugler sur cette vérité. Le genre nous engage ainsi à ne pas occulter l’historicité des notions avec lesquelles nous travaillons. Au contraire des sciences « dures », c’est dans le terreau de l’histoire que se construit l’architecture des sciences sociales ; et dans ce paysage mouvant, presque surréaliste, nos outils conceptuels se révèlent comme des montres molles imprégnées d’histoire.10

Il nous semble alors que la question est loin d’être close et elle reste transversale à toute catégorie utilisée.

Et aujourd’hui, comme hier, le genre peut – et doit – nous servir à penser et déconstruire la différence entre les sexes dans une démarche prudente mais militante.

Eléments bibliographiques (par ordre chronologique)

  • Ortner, Sherry, 1975. « Is Female to Male as Nature is to Culture ? », in Michelle Zimbalist Rosaldo & Louise LamphereWomen, Culture, and Society. Stanford, Stanford University Press : 67-87.
  • Scott Joan, 1986. « Gender: A Useful Caterogy of Historical Analysis », The American Historical Review, v.91 n°5. (Article disponible sur Jstor)
  • Tilly, Louise, 1990. « Genre, histoire des femmes et histoire sociale », Genèse n°2. (Article disponible sur Persée)
  • Mathieu, Nicole-Claude, 1991. L’anatomie politique. Catégorisations et idéologiques du sexe, Paris, Côté femmes.
  • Perrot, Michelle, 1994. « Où en est l’histoire des femmes en France ? », French Politics & Society, 12 (1) : 39-57.
  • Thébaud, Françoise, 1997. Écrire l’histoire des femmes. Fontenayaux-Roses, ENS Éd. Fontenay-Saint-Cloud. [Nouv. éd. : Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éd., 2007.]
  • Scott, Joan, 1998. La Citoyenne paradoxale. Les féministes françaises et les droits de l’Homme. Paris, Albin Michel.
  • Scott, Joan, 1999. Gender and the Politics of History. New York, Columbia University Press.
  • Riot-Sarcey, Michèle, 2000. « L’historiographie française et le concept de « genre » », Revue d’histoire moderne et contemporaine no 47-4. (Article disponible sur Cairn)
  • Fausto-Sterling, Anne, 2000. Sexing the Body. Gender Politics and the Construction of Sexuality. New York, Basic Books.
  • Delphy, Christine, 2001 (2010). L’ennemi principal. 2. Penser le genre. Paris, Syllepse.
  • Jackson, Stevi, 2001 (2009). « Pourquoi un féminisme matérialiste est (encore) possible – et nécessaire », NQF v.28 n°3.
  • Scott, Joan, 2001 (2010). « Fantasmes du millénaire : Le futur du “genre” au XXIe siècle », Clio n°32. (Article disponible sur Revues.org)
  • Offen, Karen, 2006. « Le gender est-il une invention américaine ? », Clio n°24. (Article disponible sur Revues.org)
  • Butler, Judith et al., 2007. « Pour ne pas en finir avec le “genre”… Table ronde », Sociétés & représentations n°24. (Article disponible sur Cairn)
  • Fassin, Eric, 2008. « L’empire du genre. L’histoire politique ambiguë d’un outil conceptuel », L’Homme n°187-188. (Article disponible sur Cairn)
  1. in Gender. Die Tuecken einer Kategorie. Joan W. Scott, Geschichte und Politik–Beitraege zum Symposion anlässlich der Verleihung des Hans-Sigrist-Preises 1999 der Universitaet Bern an Joan W. Scott, ed. Claudia Honegger und Caroline Arni (Zuerich: Chronos Verlag, 2001 []
  2. Scott 1986, p.1054 []
  3. Scott 1986, p.1067 []
  4. ibid. []
  5. « Fantasmes du millénaire : le futur du « genre » au XXIe siècle », Clio, op.cit. p. 94. []
  6. In Terms of GENDER. Crosscultural and Interdisciplinary Perspectives. A conference at the Center for 21st Century Studies: University of Wisconsin – Milwaukee 4, 5 mai 2007 []
  7. J. Butler, É. Fassin, J. Wallach Scott, « Pour ne pas en finir avec le “genre” », Société & réprésentation n° 24, nov. 2007, pp. 285-306. []
  8. Ibid. pp 286, 297. []
  9. Éric Fassin, « L’empire du genre. L’histoire politique ambiguë d’un outil conceptuel », L’Homme 2008/3-4, n° 187-188, p.375-392. []
  10. Ibid. p.338 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.