[COMPTE-RENDU] Atelier n°2 « Cartographie des sexualités et affirmation de soi » (06/10)

Après plusieurs mois de sommeil en raison du contexte sanitaire, le cycle d’ateliers intitulé «Vieillissement, minorités sexuelles et discriminations » a pu reprendre. 

Le second atelier « Cartographie des sexualités et affirmation de soi » s’est tenu le 06 octobre dernier dans les locaux de la MIE (rue de Rennes) et également à distance, dans des conditions techniques malheureusement très dégradées. Que les participants à distance veuillent nous en excuser. Nous espérons que ce compte-rendu détaillé et enrichi apportera une compensation utile. Un nouveau dispositif, totalement virtuel compte-tenu des conditions, sera mis en place pour l’atelier n°3 à venir (le 01/12/2020).

 

// Intervenants

  • Laura Bouliriac (psychologue, étudiante en thérapie ICV)
  • Dominique Lefèvre (psychologue clinicienne thérapeute ICV, sexologue, sexothérapeute)
  • Gérard Tixier (psychiatre, psychanalyste, sexologue, sexothérapeute)

 

// Rappel des objectifs des ateliers

La série d’ateliers « Vieillissement, minorités sexuelles, et discriminations » s’inscrit dans la volonté d’élaborer des questionnements partagés autour des minorités sexuelles avancées en âge. Ces dernières constituent en effet encore à ce jour un angle mort de la recherche en sciences sociales, en France comme à l’étranger (voir pour exception Kimmel, 2006[1]). Ceci à trois titres :

  • (a) au regard de la réalité statistique de groupe,
  • (b) des éléments d’expériences manifestement communs partagés par les individus relevant de ce groupe (LGBT MAP & SAGE, 2017[2] ; Fredriksen-Goldsen et al., 2017[3]) qui reflètent le croisement d’au moins deux stigmates (celui lié à l’âge et à l’orientation sexuelle), et
  • (c) de l’émergence d’initiatives associatives spécifiques (principalement aux États-Unis) telles que des habitats partagés.

Orientés vers la recherche, ces ateliers visent à découvrir et discuter des recherches en cours, ou en imaginer de nouvelles. La valorisation des recherches menées par de chercheur.e.s débutant.e.s (étudiant.e.s de master, doctorant.e.s, ou post-doctorant.e.s) est particulièrement visée.

Par ailleurs, ces ateliers sont résolument ouverts, tant dans un souci d’amélioration des recherches, que d’un souci éthique. D’une part, ils s’adressent à toutes les personnes intéressées par cette condition, quelles que soient leurs situations (professionnels de santé, curieux.ses, chercheur.e.s, …). D’autre part, chaque atelier propose le regard d’une discipline des sciences sociales, humaines et/ou médicales sur cet objet de recherche. Par exemple, les théories des organisations ont été convoquées pour l’atelier n°1 (janvier 2020) pour comprendre la dimension collective de la résistance à ces stigmates, la psychologie / sexologie a été convoquée pour l’atelier n°2 (octobre 2020), ou encore les statistiques pour l’atelier n°3 à venir (01 decembre 2020).

[1] Voir : Kimmel, D., Rose, T., Orel, N., & Greene, B. (2006). Historical Context for Research on Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender Aging. In D. Kimmel, T. Rose, & S. David (Eds.), Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender Aging Research and Clinical Perspectives (pp. 1–19).

[2] Voir : LGBT MAP, SAGE. (2017). Understanding Issues Facing LGBT Older Adults (pp. 1–32).

[3] Voir : Fredriksen-Goldsen, K. I., Bryan, A. E. B., Jen, S., Goldsen, J., Kim, H.-J., & Muraco, A. (2017). The Unfolding of LGBT Lives: Key Events Associated With Health and Well-being in Later Life. The Gerontologist, 57(suppl 1), S15–S29.

 

// Compte-rendu détaillé et enrichi

(1) Première partie : Un outil thérapeutique pour appréhender les troubles sexuels : les cartes sexuelles « Libido Land’s Maps »

(1.1.) Présentation par Gérard Tixier

Endormie, flamboyante, agitée, voire tumultueuse ou en berne voire mourante, la sexualité est centrale dans toute relation amoureuse, notamment dans un couple. La tâche du sexologue/psychothérapeute est de repérer (ex. : distinguer ce qui relève des défaillances passagères, des douleurs, …) et de traiter ce qui affaiblit la disponibilité de sexualité : les angoisses qui étranglent, la dépression qui ensevelit, les conflits qui déboussolent et les affects possessifs et d’emprise qui étouffent, et qui peut en définitive empêcher ou défaire le rapport à soi et aux autres.

(i) Présentation générale des cartes

A cet effet, Dominique Lefèvre psychologue sexologue thérapeute, et Gérard Tixier psychanalyste, psychiatre et sexologue thérapeute, ont développé ensemble depuis 2013 un outil thérapeutique : les cartes des sexualités « Libido Land’s Maps ». Mobilisé dans le cadre de leurs consultations, cet outil a pour objectif d’aider les client.e.s-patient.e.s à se figurer leurs ressentis en matière de sexualité en relation avec leur couple ou leurs diverses compositions amoureuses, en veillant à ne pas opposer la dimension corporelle et spirituelle, la seconde étant finalement le premier organe sexuel.

Pour ce faire, des métaphores géologiques et toponymiques ont été imaginées, telles que le « gouffre de la dépression », « la jungle de la pornographie », ou encore « le rift de la jalousie », représentées de façon graphique, puis mises en relation les unes aux autres sous la forme de cartes. D’une part, les métaphores visent à faciliter la verbalisation par le ou la patient.e du ou des troubles qu’il ressent, avec l’aide du thérapeute. D’autre part, du fait que ces métaphores sont reliées les unes aux autres, elles permettent au / à la patient.e de se représenter des trajectoires passées, en cours ou possibles, entre différents troubles (voir ci-dessous un extrait de la carte sexuelle de la femme).

Deux versions de carte ont été développées : une carte pour le sexe « féminin » et une carte pour le sexe « masculin ». On notera que le fait qu’il y ait des cartes masculines et féminines distinctes à la fois en étonne certain.e.s et en rassurent d’autres. Ensuite, chaque métaphore de ces « grandes cartes » s’accompagne d’une « petite carte » permettant d’aller au-delà de la simple image en apportant davantage d’explications.

(ii) Points communs et différences entre les cartes du masculin et du féminin

Il faut dire tout d’abord que ces cartes ne sauraient être opposées en tous points. Des éléments communs existent entre ces deux genres, quand bien même on reconnaîtrait que ces différences sont tout ou partie construites socialement. Par exemple, « l’arche des brûlures féminines » dispose de son équivalent masculin – même si moins fréquent – lors d’inflammations au niveau du pénis. On peut encore citer « le volcan de la rage », qui est voisin du « volcan du ressentiment » chez l’homme, ou encore « le bras mort du désamour », qui serait l’équivalent du « gouffre de la dépression » chez l’homme.

Mais les différences sont également multiples. Par exemple, la carte du « dégoût sexuel » chez la femme s’oppose à la « résurgence de l’envie » chez l’homme. Le « gouffre des instincts » chez la femme est également aux antipodes de « l’abîme du castrat » chez l’homme. Il est bon de connaître et d’investir et d’assumer ces différences afin qu’elles ne deviennent pas des oppositions ou sources de conflits au sein d’une conjoncture amoureuse. Ces différences sont liées à des projections, des évidences, et parfois des omissions de la part des consultant.e.s (ex. : le « rift de la jalousie » est absent chez la femme). Toutes les formations géologiques créées sur les cartes sexuelles féminines et masculines sont en effet questionnantes. Comme par exemple, relier l’érection au mental qui, en cas de perte, discrédite l’homme. Il s’agit alors d’accéder au « promontoire de la réassurance affective » pour changer de point de vue…

On peut observer sur les 2 cartes que ni le pénis ni le vagin ne sont représentés alors que par contre la partie invisible du sexe l’est comme dans « la grotte de la prostate » ou les racines/bulbes de la « chaîne du clito » qui trouve pour ce dernier une place d’honneur. Leurs fonctions restent essentielles. Pour les 2 sexes, d’évoquer l’acte de pénétrer en « falaises ou récifs de la pénétration » en montre toute la problématique et sa complexité. 

Quelques exemples ont enfin été donnés pour mettre en vis-à-vis ces cartes :

  • Exemple 1 comparatif entre l’éjaculation masculine et l’émission féminine orgasmique : On rencontre souvent des perturbations affectives et psychologiques liées à l’obsession orgasmique pour les femmes face à l’anéjaculation des hommes (sans éjaculation). L’éjaculation précoce représentée par la carte du « geyser du précoce » n’a rien à voir avec « la fontaine de l’extase » comme expression du plaisir féminin. 
  • Exemple 2 sur le féminin et la maternité : « Le plateau de la grossesse» interroge la répulsion du sexe féminin par l’homme et du ventre porteur d’un foetus et de la métamorphose de la femme.  
  • Exemple 3 : Les hormones, l’âge, la perte d’érotisme renvoient à la pulsion de vie car « tant que le sujet peut aller à la rivière chaque matin, comment peut-il mourir le jour même ? » (proverbe africain). Les rituels sexuels par la pratique ou les fantasmes permettent de tenir la sexualité.

(iii) Le cas de la sexualité des personnes avancées en âge

Il devient sûrement important d’explorer la carte intitulée « Terra incognita ». C’est une zone de recherche et de quête liée aux limites et peut-être pas aux formations et transformations liées à l’âge. Comme évoqué en introduction, il est fondamental de ne pas dissocier le corps de l’esprit, Le corps obéit… et s’adapte avec le cerveau, aux fonctions des transformations liées à l’âge.

 

(1.2.) Discussion avec la salle

Un moment de discussion avec la salle, avant la présentation de Dominique Lefèvre, a ensuite été aménagé.

Tout d’abord, certain.e.s participant.e.s se sont ont interrogé.e.s sur la compatibilité et les adaptations possibles et/ou souhaitables de ces cartes à la condition particulières des minorités sexuelles vieillissantes. Par exemple, deux participant.e.s ont en effet remarqué que ces cartes devraient être attentives aux évolutions des questions sexuelles et de genre. Les sexologues sont des observateurs professionnels privilégiés de ces évolutions. Ils ont demandé quelles étaient les perspectives d’évolution de ces cartes pour prendre en compte les spécificités des minorités sexuelles et de genre ? Par exemple, est-ce qu’une femme lesbienne  en couple se retrouve dans la même configuration topographique sur la carte féminine qu’une femme hétérosexuelle en couple ? Autre exemple, on peut supposer que les hommes gays, peuvent se retrouver dans des secteurs spécifiques de la carte féminine. Que faire si cette personne ne se définit pas dans une cohérence structurelle ?

Ces questions ont été abordées par la présentation de Dominique Lefèvre, puis reprise dans une nouvelle phase de discussion.

(1.3.) Présentation par Dominique Lefèvre

Tout d’abord, Dominique Lefèvre a précisé que cet outil permet de faire fonctionner des repères sans hiérarchie ni discrimination entre eux et que ceux-ci se sont fondés sur une longue expérience clinique partagée entre Gérard Tixier et elle.

La binarité actuelle hommes/femmes est opérationnelle à 95% et confronte l’individu à son propre genre et à celui de l’autre construit à partir de normes et vécu par nombre d’individus comme imposé socialement et culturellement. Il se peut en effet que ce type de carte puisse participer à reproduire cette construction, ce qui exige  de la part de la/du professionnel.le une grande sensibilité et des précautions cliniques pour en mesurer la portée symbolique auprès des consultant.es.

Une troisième carte ou d’autres sont envisageables. En tout cas, pour l’instant, un livre explicatif de la Libido land’s Map est en cours de publication pour 2021. Il est fondamental de suivre les évolutions de la société sur les questions de genre notamment. Ainsi, plusieurs réflexions ont été menées pour mieux intégrer toutes les diversités de sexualités, comme par exemple l’écriture inclusive (tout en veillant à conserver la lisibilité des cartes). Les mouvement MeToo et #noustoutes ont renforcé la 3ème vague du féminisme sur les violences de genre et les violences sexuelles (Christine Bard, 2020).

Gérard Tixier a cité en complément comme référence pour mener cette réflexion, l’ouvrage « Transitions – réinventer le genre » (Hefez, 2020). Il alerte néanmoins sur le risque de tomber dans la neutralisation et d’écraser toutes les expériences.

Dominique Lefèvre a conclu en évoquant les souffrances gynécologiques, urologiques et sexuelles existantes. La prise en compte des douleurs féminines comme les « dyspareunies » ou « le vaginisme » renvoient aussi à l’invisibilité des femmes et des LGBTIQ+, ce qu’ont fort bien compris certaines femmes lesbiennes féministes en montrant récemment un film espagnol (Madriñas) dans le cadre du festival lesbien et féministe (Cineffable, 2020) avec un débat auquel j’ai participé.

(1.4.) Discussion avec la salle (suite et fin)

à Un.e participant.e demande quelle place est accordée aux âges avancés dans ces carte ? Ces personnes peuvent-elles s’y retrouver ? Y-a-t-il des régions de la carte qui sont particulièrement associées à l’âge avancé ?

En réponse, Gérard Tixier note que toutes les catégories d’âges peuvent se retrouver dans cette carte. Il ajoute avec une touche dhumour que « les métaphores nont pas d’âge ! ».

Un.e autre participant.e s’interroge ensuite sur l’aspect dynamique de ces cartes. Il demande par exemple si ces cartes permettent ou permettraient de dégager des « carrières[1] sexuelles », et s’il pourrait exister des carrières typiques (selon des critères qui restent à définir). Par exemple, dans le cas de la transidentité, ou l’on pourrait passer d’une carte à l’autre (voire construire sa propre carte ?).

Un.e autre participant.e trouve enfin que le pouvoir métaphorique déployé par les cartes est très intéressant, en particulier dans le cas précisément des minorités sexuelles vieillissantes. D’abord parce que la sexualité constitue un domaine qui se situe assez largement en dehors du langage, avec ses propres tabous culturels. D’autre part, car la question de la sexualité des personnes avancées en âge constitue un tabou d’autant plus important

[1] Le terme « carrière » est emprunté au sociologue américain Howard Becker, qui renvoie à l’idée de trajectoire sociale.

(2) Seconde partie : Stigmate et estime de soi : le cas des lesbiennes vieillissantes (Laura Boulirac)

(2.1.) Présentation par Laura Boulirac

Sous l’angle de la psychologie, Laura a ensuite présenté une recherche en cours. Celle-ci cherche à analyser les difficultés d’affirmation de soi pour les femmes lesbiennes avancées en âge, en particulier celles qui font le choix d’un retrait du monde social. Cette recherche se fonde sur des observations participantes au sein de groupes lesbiens et trans.

Les recherches sur la population lesbienne (Chetcuti, 2013 ; Chamberland et Théroux-Séguin, 2009) révèlent une plus grande invisibilité sociale par rapport à la population homosexuelle masculine. Dans l’imaginaire collectif, le lesbianisme reste associé à des relations platoniques, à un échec de l’hétérosexualité, ou encore à un penchant sexuel passager de femmes hétérosexuelles. Ce déficit de représentations claires et positives se traduit dans la réalité des lesbiennes, et ce, quel que soit leur âge, par une non-reconnaissance de leur sexualité et, ainsi, par une difficulté à se nommer.  De ce fait, il apparaît très difficile pour celles-ci d’imposer une image de soi qui puisse rompre avec les normes hétérosexistes. En tant que lesbienne, bie ou transsexuelle, la définition de soi est en permanence rejouée, renégociée en fonction de son expérience individuelle mais également de son expérience collective. De plus, l’attitude collective de rejet qui existe à l’encontre des personnes avancées en âge font que ces femmes peuvent vivre une triple stigmatisation : celle liée à leur âge, celle liée à leur genre, et celle liée et à leur orientation sexuelle. Se pose alors la question de l’estime de soi.

Avoir une bonne estime de soi, est un besoin fondamental qui est associé à un bien-être physique et psychologique. C’est également l’un des indicateurs d’une bonne adaptation à son environnement. On pourrait alors penser que les membres de groupes stigmatisés, parce qu’ils sont confrontés à une dévalorisation systématique de la part des autres, souffrirait nécessairement d’un déficit de l’estime de soi ? Ce serait une erreur de le penser. D’abord, tout individu, stigmatisé ou non, recourt à diverses stratégies psychologiques pour construire, maintenir et protéger sa propre estime de soi. Certaines stratégies sont plus spécifiquement utilisées par les membres de groupes stigmatisés pour se protéger du sentiment d’infériorité que peut faire naître en eux la stigmatisation, qu’elle soit publique ou intériorisée (Goffmann, 1974). L’une de ces stratégies est la comparaison sociale et plus spécifiquement la comparaison avec l’endogroupe, c’est à dire d’autres personnes portant le même attribut stigmatisé. On pourra citer en exemple la comparaison descendante (i.e. le fait de se comparer à plus mal loti que soit). La comparaison permet par ailleurs à la personne stigmatisée de bénéficier des avantages liés à son identification au groupe : le support de ses pairs. Mais une difficulté se pose dès lors que les personnes sont porteuses d’un « stigmate invisible », comme c’est le cas en partie pour les lesbiennes vieillissantes. En effet et dans ce cas, le repérage, la comparaison et l’identification avec d’autres personnes portant ce même attribut stigmatisé est rendue difficile par l’invisibilité de ce dernier. La capacité de ces individus à bénéficier du support de leurs « pairs » est alors compromise, et peut les empêcher ainsi de fonder une appréciation positive d’eux-mêmes.

Entre invisibilité et silence, sans représentation positive que ce soit de l’homosexualité ou de l’avancée en âge, on peut alors se demander quelles stratégies sont ou peuvent être mises en place par ces femmes pour construire, maintenir et protéger leur estime d’elles-mêmes. Comment cela va-t-il se manifester (déni, rupture, isolement, …) ? Se pose donc la question de l’affirmation de soi en réponse à la stigmatisation. L’estime de soi passe-t-elle par le fait d’avoir une place et/ou de revendiquer cette place ? Est-ce qu’on peut forcer quelqu’un à exister, quand bien même son inexistence lui soit a priori donnée (ex. : à travers la socialisation primaire)  ?  Le repli est-il forcément une renonciation ? Peut-il être interprété comme un geste critique ?

Références :

Chamberland, L., & Théroux-Séguin, J. (2009). Sexualité lesbienne et catégories de genre. L’hétéronormativité en milieu de travail. Genre, sexualité & société, (1).

Chetcuti, N. (2010). Se dire lesbienne. Vie de couple, sexualité, représentation de soi. Payot.

Croizet, J. C., & Martinot, D. (2003). Stigmatisation et estime de soi. Mauvaises réputations: réalités et enjeux de la stigmatisation sociale, 25-59.

(2.2.) Discussion avec la salle et en visioconférence (20 minutes)

Un.e participant.e a relevé les effets ambivalents de la comparaison sociale qui peuvent être positifs et négatifs. Car on se construit toujours par opposition à autre chose. On peut ainsi observer des problèmes d’exclusion intracommunautaire (i.e. à l’intérieur d’un même groupe stigmatisé). Est prise pour exemple la volonté actuelle de créer un grand nombre de petits groupes, ce qui mène à de moins en moins de communion dans la communauté LGBTIQ+. Quelle est l’échelle pertinente de l’identification et de la comparaison ?

En réponse, Dominique Lefèvre reconnaît que les choses n’existent pas à sens unique. Le regard est double. Il y a le regardé et le regardant. Elle note que le thérapeute est toujours susceptible de reproduire dans le discours thérapeutique sur la sexualité des stéréotypes (ex. sexistes). L’autodéfinition est souvent confrontée à des négociations  identificatoires et évolue au fil du temps et des expériences comparatives : par exemple avoir été une femme mariée féministe avec un homme en ayant eu des enfants fait-elle rentrer cette personne dans la catégorie femme cis hétérosexuelle  ?Et si dans son parcours, elle divorce et se met en couple avec une femme, sa nouvelle situation fait-elle d’elle une lesbienne féministe ? Comme le faisait remarquer justement Judith Butler en disant : « Je suis juive, je suis universitaire et je suis lesbienne», ne donne pas à l’une des formes d’identifications, la primauté sur les autres. Cette constellation de réalités et de définitions de soi peuvent aussi renvoyer à des luttes pour l’accès aux droits et à la reconnaissance de soi, de sa fierté (Pride) et de sa «dignité humaine» en droit. La permanence de soi pour tout un.e chacun.e est régulièrement renégociée vis-à-vis des normes voire des catégorisations.

Un.e participant.e note qu’il y a un intérêt existant (mais encore limité) pour les formes de résistance à la stigmatisation en psychologie sociale. Certains travaux arguent par exemple que la stigmatisation constitue une expérience qui peut être productrice d’une réflexivité, non sans rappeler le vieux paradoxe de la force dans la faiblesse (voir par exemple Erikson, 2019). Cette thématique peut rejoindre plus largement les travaux sciences sociales sur la notion d’émancipation et leurs divers ancrages dans les philosophies du sujet.

Ensuite, on pourrait envisager une lecture politique des chemins de la reconquête de l’estime de soi, en envisageant les différentes formes de stratégies comme dépendante de différents rapports à soi, d’une conception politique du soi. Il est assez aisé d’observer que certaines associations qui partagent en apparence le même objet (ex. : la lutte contre telle stigmatisation) ont recours à des stratégies différentes qui, si elles peuvent tendre vers des effets complémentaires ou communs, reposent sur des justifications différentes voire qui peuvent s’affrontent (ex. : AIDES et Act-Up dans les années 1990).

Mais n’y-a-t-il pas aussi un chemin de construction de soi hors du politique ? En ce sens, la stratégie du repli sur soi évoquée semble en effet intéressante (i.e. une forme non-politique de résistance ?). Celle-ci constitue probablement le geste le plus universel face à des formes extrêmes d’oppression (Sartre, 1946). Le repli sur soi d’individus stigmatisés, seuls ou en groupe, sonne-t-il nécessairement la défaite de l’estime de soi (qui se voudrait nécessairement dans le monde) comme l’évoquait Laura ? Une interprétation rousseauiste, qui entend le repli – adossé à une forme de production autobiographique de soi – comme forme de vie marginale tendue vers la lutte contre la compromission du monde et la production de nouvelles formes de subjectivités (voir Biquet, 2014) est-elle intéressante ?

Références

Eriksson, K. (2019). Self-Stigma, Bad Faith and the Experiential Self. Human Studies, 1–15.

Biquet, S. (2014). Rupture et repli sur soi. A propos de quelques traits posturaux de Rousseau dans sa correspondance entre 1762 et 1765. In Rousseau en toutes lettres (pp. 285–296).

// Prochain atelier

#Atelier n°3 – « Inégalités et discriminations : Question de mesure ? » par Noam LEANDRI, directeur de l’Observatoire des inégalités. Mardi 01 décembre 2020 de 17h30-19h30 (par Zoom – envoyé 1 semaine avant pour toute personne s’étant inscrite auprès de Dominique ou Romain).

#Atelier n°4 – « Constitution & sexe » (janvier 2021).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search