Contre la récupération du handicap par les personnes anti écriture inclusive

Nous relayons deux initiatives collectives portées par le Réseau d’Études HandiFéministes :

  • un billet pour dénoncer la récupération du handicap par les personnes qui s’opposent à l’écriture inclusive. Écrit par les personnes concernées par le validisme et le sexisme, ce billet demande aux personnes non concernées de cesser de brandir l’argument de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie pour justifier leur position, et aux personnes concernées mais réactionnaires d’arrêter de parler au nom de toute la communauté handie.
  • une notice permettant d’organiser des événements scientifiques de la manière la plus accessible et respectueuse possible

À diffuser sans modération !

Les membres du GRAF – Atelier Efigies-Lyon

 

Billet collectif contre la récupération du handicap par les personnes anti écriture inclusive

 

Les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF), concernées pour la plupart par le sexisme et le validisme et chercheurses à l’université ou ailleurs, exprimons aujourd’hui notre désaccord et dénonçons la récupération du handicap pour justifier des positions anti écriture inclusive, par des personnes généralement concernées ni par le sexisme, ni par le validisme. Au nom de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie, certain-e-x-s s’opposent à l’usage et au développement de l’écriture inclusive. Pour le REHF, il s’agit d’un argument doublement fallacieux.

 

En premier lieu, cet argument tend à homogénéiser l’opinion de l’ensemble des personnes déficientes visuelles et avec des troubles dys. Il existe assurément des handi-e-x-s qui défendent l’écriture inclusive. Il est donc problématique que des personnes non concernées ne consultent pas ou s’expriment à la place des personnes concernées par le validisme, tout comme il est problématique que des personnes concernées ne considèrent pas la pluralité des discours sur ces débats. En effet, l’argumentation s’appuie parfois sur des textes publiés par des personnes handicapées, à l’instar de la lettre de la Fédération des Aveugles de France, intitulée « Les aveugles disent non au mélange des genres ». Le REHF doute fortement que l’ensemble des aveugles de France aient été interrogé-e-s sur la question. Par ailleurs, le REHF s’oppose aux points suivants (source : https://aveuglesdefrance.org/presse/les-aveugles-de-france-disent-non-au-melange-des-genres) :

« […] Nous ne saurions pas mélanger les genres : si l’on peut dire et faire de la question de la construction de la langue un sujet qui aurait rapport avec une quelconque discrimination sexuelle, c’est là faire preuve d’une inculture incroyable et de confusion redoutable. »

« C’est donc un bien pitoyable combat que celui de se battre à peu de frais contre une règle arbitraire, en la faisant passer pour le symbole d’une discrimination sociale. »

Le mépris pour l’écriture inclusive dans ces deux extraits fait fi de toute une littérature scientifique sur la question. Tout d’abord, la sociolinguistique s’échine à montrer, depuis le XIXème siècle, qu’une langue est socialement construite et, à ce titre, qu’elle reflète les rapports sociaux dans leur ensemble. Donc lorsqu’il est dit que le masculin l’emporte sur le féminin, ce n’est pas sans raison, ni sans incidence. Loin d’être une règle arbitraire, cette oppression organisée discrimine et dissimule des populations dominées. Ensuite, l’histoire et la grammaire ont également révélé que cette hégémonie masculine au sein de la langue française est très récente (deuxième moitié du XVIIème), et qu’elle a entraîné une perte de vocabulaire, un vocabulaire aujourd’hui réinvesti par les défenseurses de l’écriture inclusive. Enfin, les études du discours ont expliqué que l’écriture inclusive n’est pas qu’une simple histoire de « mélange des genres ». Sur tous ces sujets, nous invitons nos interlocuteurices à se renseigner.

 

En second lieu, l’argument du handicap pour les positions anti écriture inclusive n’est pas valide au niveau technique, et ce, à double titre. Premièrement, c’est placer le problème au mauvais endroit. Le souci, ce n’est pas l’écriture inclusive en tant que telle, mais, d’un côté, c’est la programmation des logiciels de synthèse vocale utilisés par les personnes déficientes visuelles, et, de l’autre, c’est l’absence d’éducation à ce sujet. De fait, lire un point médian avec un lecteur d’écran est, à l’heure actuelle, quelque chose de désagréable, voire d’incompréhensible. Mais si les programmateurices travaillaient à modifier cela, il n’y aurait plus de problème. Donc nous préférons condamner le sexisme qui préside à la programmation des logiciels, plutôt que l’antisexisme qui motive l’usage de l’écriture inclusive.

Deuxièmement, il existe, dans l’état actuel des choses, de nombreux procédés qui permettent aux logiciels de synthèse vocale de lire confortablement l’écriture inclusive. Par exemple, il suffit d’intervenir dans le terminal du logiciel pour modifier la verbalisation du point médian, à condition d’avoir quelques compétences en informatique, ou d’avoir un-e valide sous la main qui daigne s’abaisser à cette tâche. Nous n’avons pas l’outrecuidance de dire que l’inculture n’est pas là où il paraît. Par exemple encore, il existe d’autres outils que le point médian, parfaitement lisibles par des lecteurs d’écran. C’est le cas des traits d’union (jusqu’à maintenant, nous croyons savoir que les déficient-e-s visuel-le-s n’ont pas demandé à supprimer les mots composés de la langue française), des points normaux ou des slashs, des répétitions de termes avec un accord en genre différent, des néologismes, etc. Nous pouvons donc écrire « auteurs et autrices », ou bien « auteurs-trices », ou encore « auteurices », et nos synthèses vocales, de même que nos oreilles, s’en portent très bien.

Par ailleurs, la complexité de la langue française pour les dyslexiques (causée, en partie, par son opacité, c’est-à-dire par sa non-correspondance entre orthographe et phonologie) est une question qui doit être traitée dans son ensemble, et non pas à l’aune de l’écriture inclusive. Chercher à rendre la langue française accessible aux personnes dys est un travail qui, d’une part, mérite tout notre intérêt et, d’autre part, ne doit pas servir à évincer d’autres réformes linguistiques, telles que l’écriture inclusive, permettant de lutter contre d’autres discriminations, en l’occurrence le sexisme. Le REHF soutient donc la création de solutions ou alternatives non discriminantes.

Nous notons aussi la manière dont les personnes neuro-atypiques (ou neuro-diverses), d’ordinaire évacuées de la plupart des discours dominants, se retrouvent souvent utilisées dès qu’il s’agit de contrarier l’utilisation de l’écriture inclusive ; notamment dans les sphères intellectuelles, scolaires ou encore universitaires, etc., et ce, malgré la méconnaissance évidente des enjeux neurologiques, neurocognitifs, neurocomportementaux, sociaux, de même que l’ignorance des précarités et des discriminations auxquels ces personnes font face au quotidien.

Si l’utilisation de l’écriture inclusive et sa lecture représentent effectivement, pour les personnes dys et multi-dys, des enjeux et des efforts supplémentaires, c’est précisément parce que la langue française est sexiste. Et c’est pour pallier ces manquements qu’elle nous oblige à faire cette gymnastique, afin de faire exister, par les mots, celleux qu’elle oublie.

Pour toutes ces raisons, le REHF défend l’usage d’une écriture inclusive pour toustes et par toustes. Pour une présentation détaillée des enjeux et des formes d’écriture inclusive, nous conseillons à nos interlocuteurices de cliquer sur le lien suivant : https://fondation-phi.org/fr/article/discriminations-liees-genre-langue-francaise/?fbclid=IwAR3ogsaff1qT5BybvkcWyCN7GJFuj6L40ejyUXy4wyq5vTKfDT7geFvHoTc#six

 

 

Notice pour l’organisation des séances

Avant la réunion

Fixer une date Envoyer des documents ou des informations

  • Utiliser un outil de sondage compatible avec les logiciels de synthèse vocale : Framadate https://framadate.org/

  • Penser à renseigner malgré tout les propositions de dates et d’horaires dans le corps du mail, et de proposer aux personnes n’ayant pas la possibilité de remplir le sondage d’envoyer leurs disponibilités, et les intégrer au sondage

Exemple : Lundi 23 Novembre : 8h-10h

Créer un formulaire d’inscription

  • Utiliser un outil de formulaire compatible avec les logiciels de synthèse vocale : Framaforms

  • Proposer malgré tout aux personnes n’ayant pas accès au formulaire de s’inscrire par un autre biais https://framaforms.org/

Envoyer des documents ou des informations

  • Nommer les pièces jointes de la manière la plus explicite (par exemple : auteurice. Titre. Date)

  • Envoyer autant que faire se peut des documents au format doc, docx, rtf, txt. Eviter le format odt (édité par Libre office). Et proscrire les documents au format jpg (les photos, les scans de qualité basique, etc.). Pour le format pdf, veiller à ce qu’il s’agisse d’un pdf issu d’un texte (possible de faire un copié-collé), et pas d’un pdf issu d’une image (impossible de faire un copié-collé).

  • Préciser le contenu et la direction d’un lien hypertexte (par exemple : voici un lien vers le site du REHF : http:// …)

  • Décrire les images éventuellement transmises

  • Limiter autant que faire se peut le recours à des tableaux, qui sont difficiles à lire par certains logiciels de synthèse vocale

  • Proscrire les powerpoint ! qui ne sont pas accessibles à la plupart des logiciels de synthèse vocale

  • Essayer dans les échanges et dans les documents de ne pas faire de long texte sans aération (espace, mise en gras de certains éléments importants, structurer les informations avec des chiffres et/ou tirets etc) avec une police de minimum 12 et interligne 1,2, car les longues lectures de pavés de texte sont très fatigantes pour les dyslexiques)

  • Ne pas utiliser le mode « commentaires » et limiter les notes de bas de page, qui sont difficilement lisibles pour les logiciels de synthèse vocale

Anticiper l’organisation

  • Bloquer une date de séance au minimum 15 jours avant, afin de rendre possibles les demandes d’interprétariat LSF, de retranscription en vélotypie, d’auxiliaire lecteurice/scripteurice, etc.

  • Solliciter systématiquement les pôles handicap universitaires pour obtenir la LSF, la vélotypie, etc., ne serait-ce que pour mettre en évidence la nécessité de ce service

Diffuser l’information

  • Envoyer la date, l’horaire et la thématique de la réunion sur différents canaux, et surtout sur la liste de diffusion (Framaliste) du réseau, pour que tout le monde reçoive l’info dans sa boîte de réception

  • Préciser les informations importantes dans l’objet du mail (date, horaire, thème)

Recourir à des modalités de réunion accessibles

  • Veiller à ce que la réunion puisse être suivie en présenciel et en distanciel à chaque fois. S’il y a présenciel, veiller à ce que le lieu change mais reste indiqué clairement, et que ce lieu soit accessible en transports en commun, et accessible aux fauteuils roulants, par ascenseur. S’il y a distanciel, utiliser une plateforme accessible aux logiciels de synthèse vocale : Zoom. Sachant que cette plateforme n’est pas non plus optimale pour les lecteurs d’écran, donc ne pas prévoir des fonctionnalités trop complexes.

  • Utiliser un compte Zoom pro, qui permet de faire des réunions de plus de 40 minutes.

Pendant la réunion

Animation de la séance

  • Préférer une co-animation avec au moins deux personnes, pour que l’une gère les prises de paroles écrites et le Chat, et l’autre les échanges à l’oral

  • Préciser le rôle des animateurices en début de réunion

  • Respecter les horaires annoncés et, si jamais les discussions se poursuivent après l’heure de fin, elles ne doivent pas avoir un caractère décisionnel ou indispensable

Respect des identités de genre

  • Demander aux participant-e-x-s de renseigner entre parenthèses et après le nom le pronom qu’iels souhaitent utiliser (par exemple : il, elle, iel, ille, etc.)

NB Pour ce faire, chaque participant-e-x doit modifier son nom de profil

  • Se référer à ces pronoms lorsqu’on s’adresse à une personne ou lors de la rédaction du CR

Distribution de la parole

  • Demander aux participant-e-x-s de s’inscrire sur les tours de parole, soit en levant la main virtuellement*, soit en l’exprimant dans le Chat, soit en le précisant à l’oral

*NB Sur Zoom, il existe normalement des raccourcis claviers pour « lever la main » : commande + Y sur Mac ; alt + Y sur PC

  • Recourir à une double liste : les personnes prennent la parole en fonction de l’ordre dans lequel elles se sont inscrites. Mais les personnes qui n’ont pas encore pris la parole sont prioritaires.

  • Veiller à ce qu’il soit possible de prendre la parole à l’écrit aussi bien qu’à l’oral. Penser à lire à haute voix les interventions dans le Chat à destination de toustes les participant-e-x-s

  • S’assurer que la parole n’est pas accaparée et monopolysée par certaines personnes, et notamment par des personnes non concernées par le validisme et/ou le sexisme. Si besoin, prévoir une limite temporelle pour les prises de parole. Le cas échéant, l’exprimer dès le début de la réunion.

  • Ne pas couper la parole au milieu d’une phrase et avec brusquerie, mais faire respecter le temps imparti

Accessibilité des échanges

  • Prévoir un service de vélotypie (une retranscription écrite simultanée des propos), même artisanale. Pour ce faire, utiliser soit la fonction de sous-titrage de Zoom, soit un partage d’écran avec un document collaboratif* Framapad

https://framapad.org/fr/

*NB Malheureusement, il n’existe pas d’outil de document collaboratif accessible aux logiciels de synthèse vocale

  • demander aux participant-e-x-s qui prennent la parole à l’oral de toujours parler face à la caméra, d’allumer le micro* et d’être, autant que possible, dans un environnement lumineux (sans contre-jour) et silencieux. L’utilisation d’un micro-casque est recommandée.

*NB Sur Zoom, il existe des raccourcis clavier pour allumer/éteindre le micro (alt + A sur PC ; commande + A sur Mac) et pour allumer/éteindre la caméra (alt + V sur PC ; commande + V sur Mac)

Récapitulatif

Raccourcis clavier sur Zoom

  • Lever la main : PC = Alt + Y ; Mac = commande + Y

  • Allumer/éteindre le micro : PC = alt + A ; Mac = Commande + A

  • Allumer/éteindre la caméra : PC = Alt + V ; Mac = Alt + V

  • Rejoindre le panneau de discussion (Chat) : PC = Alt + H ; Mac = Commande + H

  • Rejoindre le panneau des participant-e-x-s : PC = Alt + U ; Mac = Commande + U

Généralités

  • La plupart des outils de la suite Google (Doodle, Google Form, Google Drive, Google Doc, etc.), en plus d’être politiquement problématiques, ne sont pas accessibles avec la majorité des logiciels de synthèse vocale


Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. qwerty dit :

    Bonjour,

    Pourquoi éviter les format ODT ? Il me semble que sur le plan technique c’est un format ouvert, contrairement au .docx…

    Bien cordialement,

    • graflyon dit :

      Bonjour! Désolée du délai de réponse, nous avons eu quelques souci avec la gestion du site. Pour répondre à votre question sur les formats ODT, je vous invite à consulter cette page: https://academia.hypotheses.org/29829#more-29829
      Il s’agit d’une version plus complète du billet qui intègre justement une réponse à votre remarque.

  2. Julie dit :

    Bonjour,

    Je souhaite ajouter un complément sur la personnalisation des lecteurs d’écran utilisés, notamment, par les personnes aveugles : on ne peut pas tous les personnaliser pour que les abréviations inclusives soient lues correctement. Il est possible de réaliser des extensions pour deux d’entre eux (NVDA et JAWS) mais pas pour VoiceOver, Talkback, Narrateur, par exemple. De plus, cela implique de réaliser des algorithmes qui peuvent être complexes. Ce n’est donc pas aussi simple.

    Je vous invite à lire ou écouter la table ronde (double conférence, en réalité) « Écriture inclusive et accessibilité numérique », à laquelle j’ai participé lors des Journées d’étude technologies et déficience visuelle organisées, justement, par la Fédération des Aveugles de France en ce mois de décembre : https://www.lalutineduweb.fr/ecriture-inclusive-accessibilite-numerique-jetdv2020/

    On y parle des problèmes posés par les abréviations inclusives (point médian ou autre caractère), de comment écrire inclusif sans ça et des possibilités, ou pas, d’adaptation des lecteurs d’écran.
    J’espère que cela vous sera instructif.

    • graflyon dit :

      Merci beaucoup Julie pour ces ressources! Nous sommes ravies que ce billet soit aussi l’occasion de nouer des liens et de partager des ressources!

  3. touti dit :

    Bonjour,
    merci pour votre article qui arrive à point nommé. Je suis développeuse web et j’œuvre pour le logiciel libre.
    Petit à petit, dans la communauté du libre où je suis, nous arrivons à faire prendre en compte dans ce milieu essentiellement masculin (+90%) la nécessité de l’écriture inclusive, tant dans l’écriture de l’interface que dans celle de la documentation du logiciel. Le dernier échange, initié par un sexisme crasse sur l’écriture inclusive a permis de démontrer que ses opposants sont essentiellement des réactionnaires sexistes capables de s’appuyer sur les handicapé·es visuel·es pour argumenter contre sur cette évolution de la langue française. Langue vivante dont nous restons libres de décider de l’usage collectivement en prenant en compte les minorités habituellement bannies.
    Bien entendu la question de l’accessibilité pour tout·es, dans la forme, le fond et l’écriture recroise la notion d’inclusivité du genre féminin.

    En tant que développeuse dans le Libre, j’aimerai cependant revenir sur vos choix de mettre en avant le logiciel Zoom, qui n’est malheureusement pas politiquement, éthiquement et dans l’idée de défense des libertés, la meilleure des solutions à soutenir pour la visioconférence. Pas plus que vous ne faites la promotion des outils de la suite Google, il n’est souhaitable de mentionner ce logiciel. Car il existe actuellement une alternative bien plus intéressante, soit les instances JITSI installées un peu partout, JITSI est un système plus que simple et facile d’usage qui ne demande aucune inscription, est gratuit, n’a pas de restriction temporelle comme Zoom et a des possibilités qui égales largement celles de Zoom. (main levée etc)

    Merci de m’avoir lu.
    touti

    • graflyon dit :

      Bonjour! Désolée pour le temps de réponse, nous avons eu quelques couacs avec la gestion du site. Je vous fais parvenir ci dessous la réponse d’une des membres du REHF:

      Bonjour. Merci pour votre commentaire. En aucun cas nous ne souhaitons faire la propos de Zoom, bien au contraire. Nous prônons autant que faire se peut le recours à des logiciels libres et propres. Mais dans le cas de la visioconférence, la tâche est très compliquée, car les questions d’accessibilité entrent en jeu. A titre informatif, j’ai passé des journées entières à tester la compatibilité des instances Jitsi (via Riot puis Element, directement sur le navigateur), ou à chercher d’autres alternatives opensources ou propres (Framatalk, Wire, etc.), avec mon logiciel de synthèse vocale Jaws (un horrible logiciel propriétaire et très cher). Au validisme et au sexisme des instances numériques, s’ajoutent également des enjeux capitalistes : chaque mise à jour des logiciels de revue d’écran est très chère. Et, à l’heure actuelle, je n’ai pas souhaité débourser environ 1000€ pour rendre ma synthèse vocale compatible avec une version assez récente de Mozilla Firefox, laquelle me permettrait de supporter les instances Jitsi. En l’état, Zoom est la seule plateforme qui me permet de recourir à la visioconférence de manière autonome et plus ou moins stable. Mais ce n’est pas de gaieté de cœur que je le fais. Malheureusement, les DV sont soumis-es à es enjeux validistes, sexistes et capitalistes très prégnants. Donc je suis preneuse de toute proposition d’alternative !

  1. 16/12/2020

    […] disabilities and feminists. He “ignores a whole scientific literature on the question”, counter-attack for example the network of handifeminist studies, a group of researchers at the forefront of the subject who intends to “denounce the recovery […]

  2. 16/12/2020

    […] féministes. Il « fait fi de toute une littérature scientifique sur la question », contre-attaque par exemple le réseau d’études handiféministes, un collectif de chercheurs et chercheuses à la pointe sur le sujet qui entend […]

  3. 02/01/2021

    […] les membres d’Efigies Lyon Publié originellement sur le carnet d’Efigies, 15 décembre […]

  4. 02/01/2021

    […] concernées mais réactionnaires d’arrêter de parler au nom de toute la communauté handie » (Efigies Lyon, 15 décembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search