Retour sur Journée d’étude – 27 novembre 2023 – JCGL

 
 

La journée d’étude “Actualité de la recherche en genre et langage” qui s’est déroulée le 27 novembre 2023 à la Sorbonne Nouvelle a été organisée par le groupe JCGL avec le soutien de GSL, de la revue GLAD ! et d’EFiGiES. 13 jeunes chercheur•euses ont pu présenter leurs travaux de master et de doctorat. L’événement a attiré un grand nombre de participants, tant dans la salle qu’en ligne. La journée a débuté par une keynote animée par Noémie Marignier et Julie Abbou sur le pouvoir dans une perspective genre et langage, abordant des thématiques matérialistes et queers. Les présentations ont ensuite exploré divers sujets, tels que le positionnement dans les études de genre, l’analyse des discours militants en ligne et hors ligne, et les pratiques langagières féministes et queer. Des chercheur•euses tels que Yu-Tse Lee, Lola Marinato, Océane Foubert, Louis Bachaud, Phoébé Pigenet, Illiana Ferrant-Bouchau, Sandra Klein, Alouette Al, Aude Grangeat et Gizem Bilal ont partagé leurs travaux. En conclusion, la journée a mis en lumière l’importance d’une approche interdisciplinaire dans l’analyse du genre et du langage, tout en soulignant les défis et les opportunités de la recherche contemporaine dans ce domaine.

Le 27 novembre 2023, la journée d’étude “Actualité de la recherche en genre et langage” s’est déroulée dans la salle Athéna (MDR Sorbonne Nouvelle), organisée par le groupe JCGL avec le soutien des associations GSL (genres, sexualités, langage), EFiGiES et de la revue GLAD!. Ont été rassemblés 13 jeunes chercheur•euses pour présenter leurs travaux de master et de doctorat sur le sujet du genre et du langage. On remercie le comité d’organisation, constitué d’Éléonore de Beaumont, Tiago Joseph, Selene Monfort et Noémie Trovato, pour cet événement qui a suscité un grand intérêt, avec une salle pleine (quarante personnes) et plus de quatre-vingts participants suivant les présentations sur Zoom.

La journée s’est amorcée avec une keynote animée par Noémie Marignier et Julie Abbou, intitulée “Dialogue sur le Pouvoir dans une Perspective Genre et Langage”. Elles ont entrepris une exploration des dynamiques de pouvoir en œuvre au sein du champ académique et des études genre et langage, en abordant les perspectives matérialistes et queers. Soulignant le langage comme un outil stratégique pour subvertir les normes établies, elles ont orienté la discussion vers la relation entre le queer et la non-binarité, tout en proposant une discussion critique sur le concept de non-binarité. La conclusion de cette session s’est focalisée sur la triple dimension de la dyade genre et langage : les outils, la discussion théorique et le milieu institutionnel, mettant en exergue la nécessité d’une pratique de solidarité entre chercheur•euses.

Le premier panel s’est articulé autour de deux communications incitant à une réflexion approfondie sur le positionnement dans les études de genre, abordant les enjeux méthodologiques, éthiques et épistémologiques. Yu-Tse Lee a initié les débats en exposant une méthodologie de recherche sociophonétique sur le “sajiao” à Taïwan, en tant que marqueur de genre, stratégie de politesse et pratique de séduction. Les réflexions se sont clôturées avec les interventions de Lola Marinato et Océane Foubert, qui ont partagé leur expérience de recherche sur #MeTooInceste, en mettant l’accent sur l’importance de prendre soin de soi et des autres dans une recherche sur des sujets « sensibles ».

Pendant la pause, trois chercheur•euses ont présenté des posters. Le premier, réalisé par Tiago Joseph, explorait les relations entre langue et pouvoir (de blesser) et proposait une typologie du sexisme discursif en présentant les résultats d’un questionnaire sur la perception de discours sexistes. Le deuxième, conçu par Chloé Vincent, exposait une étude expérimentale qui mesurait l’impact des pronoms non-genrés à l’écrit sur les représentations, la compréhension et l’appréciation chez les lecteurs. Enfin, celui d’Ariane Robert abordait une analyse linguistique du discours de haine sexiste sur Twitch à partir d’un corpus en tridimension (image, son, texte).

Après la pause, un panel rassemblant quatre jeunes chercheur•euses s’est penché sur l’analyse des discours militants en ligne et hors ligne. Les deux premières présentations se sont concentrées sur le « en ligne ». Louis Bachaud a scruté les groupes masculinistes et les manières dont ils s’approprient les discours scientifiques sur la différence des sexes tandis que Phoébé Pigenet s’est intéressée à la réappropriation du terme “grosse” au sein des espaces antigrossophobie et bodypositive. Les réflexions sur les discours militants se sont ensuite inscrites « hors ligne ». Illiana Ferrant-Bouchau a tout d’abord discuté du Collectif des femmes prostituées de Lyon et de la disqualification de la parole des concernées dans le discours du Mouvement du Nid. Sandra Klein a ensuite analysé l’ouvrage The Profets de Robert Jones pour réfléchir à une manière anti-sexiste et féministe de réinterpréter la Bible .

Enfin, la journée s’est clôturée sur un troisième panel portant sur les pratiques langagières féministes et queer, en mettant l’accent sur les normes, le pouvoir et les enjeux interculturels. Trois chercheur•euses ont ainsi présenté leurs travaux : Alouette Al a débattu de l’écriture de la non-binarité en littérature jeunesse et young adult, Aude Grangeat a exposé son travail sur l’adresse genrée dans les milieux queers, tandis que Gizem Bilal a abordé l’agentivité langagière des travailleuses du sexe trans en Turquie à travers l’utilisation du lubunca. 

En conclusion, la journée a été une formidable occasion de réflexion et d’échanges autour des dynamiques complexes entre pouvoir, genre, et langage. Les présentations variées et stimulantes ont permis d’explorer des sujets aussi cruciaux que les enjeux méthodologiques et éthiques de la recherche en études de genre, la construction des discours militants, ainsi que les pratiques langagières féministes et queers dans divers contextes interculturels. Cette journée a souligné l’importance de promouvoir une approche interdisciplinaire et radicalement inclusive dans les analyses du genre et du langage, tout en mettant en lumière les défis persistants et les possibilités prometteuses de la recherche contemporaine dans ce domaine. Nous espérons que les discussions et les idées partagées lors de cette journée continueront à inspirer et à nourrir nos travaux futurs. 

Résumé rédigé par Marie Lafon-Bach pour JCGL

 



Citer ce billet
jcgl (2024, 28 mars). Retour sur Journée d’étude – 27 novembre 2023 – JCGL. EFiGiES. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4b0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search