2.0 – Séance de rentrée 2011 Atelier « Genre et Religions »

La séance de rentrée de l’atelier « Genre et religions » a eu lieu mardi 26 septembre. Elle a réuni sept personnes, présentes en majorité pour la première fois. Pour autant, et en guise d’introduction qui a suivi le tour de table, un premier temps a été consacré à un bilan du semestre passé, interrogeant ses aboutissements et limites, satisfactions et déceptions des participant-e-s.

De manière générale, le point positif le plus marquant est la recherche d’interdisciplinarité et d’articulation avec le point de vue militant. Le point négatif évoqué a été celui des trop longues communications, empêchant les discussions d’être approfondies. Pour pallier ce problème, il a été envisagé de raccourcir les communications à quarante-cinq minutes voire seulement trente plutôt qu’une heure, ou encore de mettre en place un système de table ronde, plutôt qu’une communication de type séminaire doctoral.

Parmi les souhaits formulés pour l’année à venir, ont été de discuter de la méthodologie que chacun pratique et du rapport de l’étudiant-e à son terrain ou corpus (dans la mesure où les disciplines se rencontrent à cet atelier : sociologues en majorité, historien-ne-s, anthropologues et philosophes sont aussi présent-e-s) ; de faire dialoguer les religions ou les disciplines voire les confronter ; de créer des bibliographies ; de travailler à partir de textes qu’une personne aurait trouvé particulièrement pertinents pour ses recherches ; une journée d’étude ; développer l’aspect « thérapie de groupe » que peut avoir cet espace.

D’un point de vue pragmatique, deux points ont été levés. Notre liste de diffusion Yahoo spécifique à l’atelier devrait être davantage mobilisée pour le partage d’informations et le transfert de textes, notamment. Quinze minutes pourraient être consacrées la fin de chaque séance pour préparer la suivante ou discuter de la vie de l’atelier en général.

Cette séance fut l’occasion de préparer la suivante, consacrée à la méthodologie et au rapport au terrain ou corpus. Cette préparation a révélé plusieurs questions que nous nous posons : Comment se positionner par rapport à telle méthodologie ou corpus ? Comment assumer ses choix ? Comment refuser ceux que l’on nous impose ? Comment valoriser la diversité qu’implique le choix de telle ou telle méthodologie, au-delà de son universalité supposée ou universalisme idéalisé ? Pourquoi et comment certaines disciplines laissent-elles une place à la réflexivité et d’autres pas ? Comment investir/incarner la standpoint theory ? Au final, comment la méthodologie pose problème en elle-même ? Dans quelle mesure ne pas s’enfermer dans une idéologie ? Chaque participant-e qui souhaite évoquer son rapport à son propre terrain ou corpus aura dix minutes pour le faire, et une discussion s’installera. Cette première séance n°1 aura lieu le 18 octobre.

Enfin, nous avons également abordé le thème de la séance n°2 du 29 novembre. Elle consistera en une table ronde pensée autour de trois mots clefs « femme(s) », « représentation(s) », « rituel(s) ». Ce format de travail que nous innovons vise à ce que chaque participant-e puise dans son propre travail les éléments d’une discussion articulant ces trois notions, pour ensemble les problématiser, dans l’optique finale de faire émerger de manière synergétique chez les un-e-s les autres des pistes de réflexion pour son propre travail.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.