Compte-rendu de la séance “Genre, rapports sociaux d’ethnicité et luttes professionnelles”

Projection du film « D’égal à égales » (2010, 52 minutes) de Corinne Mélis et Christophe Cordier

Résumé du film:
Elles s’appellent Nora, Dorothée, Keira et Anissa. Elles sont immigrées ou filles d’immigrés, et syndicalistes. Face à la dureté des conditions de travail et à la précarité des salariés dans les secteurs du nettoyage, des services aux particuliers et aux entreprises où l’on retrouve nombre de femmes issues de l’immigration, elles ont choisi de s’engager. Activistes en milieu masculin, elles sortent des rôles féminins attendus. Elles prennent la parole, s’organisent, bougent, librement inspirées par les ouvrières en lutte de LIP qu’elles redécouvrent à travers le film « À pas lentes » (1977, Collectif Cinélutte). Dans une société où sexisme et racisme restent d’actualité, tandis qu’augmente la violence des rapports de force dans le travail, elles nous racontent une démarche d’émancipation individuelle et collective. Dans l’espoir d’être traitées, enfin, « d’égal à égales ».

Ce qui suit est une prise de notes, il ne s’agit donc pas d’une transcription exacte des propos tenus lors de la séance. 

Présentation du film par Corine Mélis : C’est un film qui a fait suite à une recherche que j’ai menée sur les conditions d’engagement de femmes issues de l’immigration. Objectif : comprendre les moteurs et les freins à leur engagement.

DEBAT QUI A SUIVI LA PROJECTION (prise de notes)

Quel est le lien entre ce film et vos recherches ?
CM: J’ai fait une thèse que j’ai abandonnée. J’ai rencontré Chrisophe Cordier sur le terrain militant. Il est réalisateur de documentaires. Je lui ai parlé des femmes que j’avais rencontrées et on voulait utiliser le film documentaire pour diffuser les problèmes qu’elles posent et ce qu’elles font.

Comment passe-t-on de la posture d’analyste à une posture plus engagée ?
CM: Mon sujet était militant aussi. C’était déjà un point de vue situé, en tant que femme, en tant que féministe, en tant que syndicaliste et de militante de gauche.
On n’a pas voulu forcément faire un documentaire militant. Mais ça serait idiot de penser qu’on pourrait faire quelque chose comme cela de manière complétement objective. On est convaincu que l’outil syndical est important mais on est aussi très critique par rapport à l’outil. Ce qui est sûr c’est que ces femmes y ont trouvé un outil d’émancipation. Il s’est passé quelque chose d’important pour elles. Ce qu’elles amenaient au milieu militant et syndical était novateur. Ce qui n’est pas raconté là : la façon dont les assistantes maternelles ont commencé à se mobiliser, la façon dont elles ont développé leur collectif syndical (c’était en se retrouvant chez Macdo car le café n’était pas cher et que c’était pratique pour tout le monde). Elles ont été les unes chez les autres, elles ont réinventé un militantisme de tournée.

Comment vous expliquez qu’elles ont réussi à développer ce système D ?
CM: Il y avait le fait que l’institution syndicale n’était pas à l’écoute des revendications spécifiques à leur travail. Elles étaient marginalisées et ignorées, sauf pour leurs cotisations syndicales ! Elles se sont heurtées à une hiérarchie syndicale qui ne leur convenait pas. Après il y a rarement des mouvements spontanés : il y a un jour des militants syndicaux qui sont là et qui peuvent répondre à leurs demandes et qui peuvent les aider à se protéger. Les assistantes maternelles n’avaient pas de statut, ça a pris car à un moment donné il y avait des possibilités de se servir de l’institution syndicale.

Deux femmes dans le film sont des primo-arrivantes. Est-ce que ce sont des femmes qui sont arrivées sans parler français, est-ce qu’elles ont évoqué l’inégalité de la langue ?
CM: Dorothée est francophone, elle a été scolarisée en français. Noura était prof en Algérie et parlait très bien le français.
Les femmes de ménage d’Arcade avaient ce souci de la langue. Fati qui était leur leader ne parlait pas bien français. Elles avaient aussi la question de la situation administrative à gérer.
Noura s’est engagée aussi car elle voyait ses collègues plus en difficultés avec la langue. Elle voulait lutter pour ses collègues moins bien outillées qu’elle. Ça a été une vraie motivation.
Dorothée une des raisons qui l’ont fait s’engager c’est qu’elle a comparé ses fiches de paie avec des sans-papiers et il y avait des écarts par rapport aux heures travaillées entre femmes qui savaient lire leurs fiches de paie et celles qui ne savaient pas lire ou comprendre le français.

Comment avez-vous eu l’idée de mettre en relation leur histoire avec LIP ? Connaissait-elle cette histoire ? Comment se fait la transmission de l’histoire des luttes de femmes. On a l’impression qu’Anissa est moins sensible à la question féministe…
CC : On voulait leur montrer ce film-là dans la Bourse du travail car c’est un lieu symbolique du militantisme.
Elles utilisent la bourse du travail, ça nous semblait intéressant de leur proposer ce film sur LIP fait en 77 par un collectif qui s’appelle Ciné-luttes. Ca nous semblait symboliquement très fort.
On voulait leur montrer ce film là car il y a peu de films sur les luttes syndicales de femmes ; On voulait l’utiliser comme une mise en perspective : comment ces femmes reçoivent ces luttes ? C’était aussi une façon de structurer le film.
On voulait voir s’il y avait des choses qui avaient été
CM : J’ai jamais eu l’intention de leur transmettre quoi que ce soit. Elles sont assez grandes pour se transmettre les choses elles-mêmes. On voulait voir plutôt comment les choses ont évolué. C’est la fin du tournage, on voulait se poser la question avec elles : comment les choses ont évolué et où on en est aujourd’hui ? Qu’est-ce qu’il reste à faire.

Est-ce que vous avez envisagé de faire intervenir leurs familles ?
On l’a fait mais ça ne tenait pas. On ne voulait que ça soit 52 min pour qu’il y ait un temps de débat après.
Conditions de réalisation du film : on bosse tous les deux, on n’a pas eu de financement. Les boites de production contactées voulaient que l’on fasse intervenir des experts. On ne voulait pas. On a fait ça sur notre temps libre.
Les entretiens étaient semi-directifs. Les choses prenaient du temps. Ce qui nous paraissait intéressant dans les familles, c’était finalement peu riche à l’image. Les maris apparaissaient comme des personnages secondaires.
Il n’y avait pas assez de matière pour qu’on garde ça.

Quelle était l’idée de montrer Anissa avec son bébé ? C’est ambivalent de montrer la vie familiale des femmes qui ont des rôles inhabituels pour les femmes car quelque part ça les réassigne.
On trouvait que ce qui disait Annick Coupé était clair sur la question de la division sexuelle du travail et de l’engagement. Les filles à la sortie de la bourse du travail en disaient asse aussi là-dessus. On a montré Anissa car quand on a su qu’elle était enceinte, on ne savait pas si elle allait continuer l’activité syndicale. Le fait qu’elle ait repris l’activité syndicale et que c’est aussi lié à son copain qui l’aide, on trouvait ça intéressant.
Le fait d’amener son enfant dans ce syndicat, dans ce monde très masculin des cheminots, ça a du sens aussi. Il y a aussi une dimension familiale dans ce syndicat. Elle a un fort désir que sa fille reprenne le relais.

Quel lien il y a avec les luttes des sans-papiers ?
Elles ne sont pas toutes passées par les commissions immigration, sans-papiers des syndicats. Il y a une sensibilité à la question de racisme et des sans-papiers.
De la même façon, elles ne sont pas toutes passées par les commissions femmes des syndicats.

On voit moins les discriminations liées aux origines que celles liées au sexe dans les syndicats, pourquoi ?
Dans les entretiens, il y a des anecdotes comme celle qui amenait sa gamelle le midi, au moment des attentats, on lui disait « tu amènes ta bombe ». ou alors dans un camp de vacances CGT, on lui disait « ici c’est la table où on mange du porc ». Elles ont un ressenti sur le fait qu’elles ne sont pas des militantes syndicalistes pas comme les autres mais elles ont eu du mal à en parler devant la caméra.
Tout le premier quart d’heure du film est sur la question du racisme. Keira parle du racisme dont elle a été victime dans son entreprise. Pendant sa deuxième candidature la CGT est obligée de sortir des tracts.
Noura parle de son arrivée à Paris, lorsqu’elle entend « Passe Fatma ». Cela va expliquer le fait qu’elle reste enfermée chez elle pendant un certain temps (sa sortie n’étant pas facilitée par les discriminations à l’embauche qu’elle subit). Dorothée dit aussi que ce n’est pas parce qu’on est de couleur qu’on ne peut pas réclamer ses droits. Elle dit d’ailleurs qu’elle ne pensait pas qu’une « petite immigrée » comme elle pouvait faire face à Disney.
Anissa n’a pas ce sentiment de racisme. C’est une autre génération. Elle a été moins en but au racisme, comme beaucoup de filles par rapport aux garçons. Comment les problèmes spécifiques qu’elles peuvent amener viennent enrichir le syndicat ? Dans les pays anglo-saxons dans les syndicats il y a des commissions de femmes noires, elles ça ne leur ai jamais venu à l’idée. Elles mettent d ‘abord en avant la défense des droits des travailleurs.

Comment le syndicalisme a impacté sur leur vie ?
C’est leur premier entrée dans l’activisme. La politisation c’est plus compliqué que ça. Keira parle à un moment du MEDEF et du gouvernement, je pense que d elle est rentrée à l’usine, elle n’avait pas ce vocabulaire-là. C’est une familiarisation avec le fonctionnement social qui sont en jeu. Ce ne sont pas devenues des militantes politiques, ça n’a pas débouché sur des carrières politiques. Elles ont conscience néanmoins dans de la transformation sociale.

On voit vraiment bien que vous voulez montrer qu’elles apportent des pratiques nouvelles aux organisations syndicales. On voit moins comment les organisations syndicales les reçoivent. Dans le film LIP on voit les hommes qui réagissent, qui font un peu leur mea culpa.
En France, il y a des chartes internes au syndicat qui traitent de l’intégration des femmes, des immigrés etc. On a pensé montrer la réception des organisations syndicales mais il aurait fallu pouvoir rentrer dans des réunions syndicales avec la camera. Ca amène un biais. Il aurait fallu prendre le temps d’être dans les différents temps de la vie syndicale et on ne pouvait pas. Et puis notre objet c’était elles. Notre focus était sur leur parcours à elles.
Elles en disent quand même un peu, ça permet de se poser des questions.
J’ai l’impression que dans le milieu syndical la question du genre et de l’origine commence à être soulevée. Elle a longtemps été perçue comme secondaire, notamment sous l’influence du stalinisme.
Les femmes ont le droit de se syndiquer seulement en 1920. Il y a cette question de l’homogénéité de la casse ouvrière.
Qu’est ce qui se passe dans les syndicats agricoles ?

Je me suis intéressée aux commissions femmes dans la FNSEA, en non mixité. J’ai remarqué qu’il y a une tendance à diviser les femmes au sein du syndicat. Ils défendent un certain modèle de la professionnelle en laissant de côté certaines femmes et en créant des rapports hiérarchiques entre les femmes.
La commission femmes de SUD rail s’est dissoute. Cette commission femmes avait été pensée car les délégués syndicaux de SUD rail entendaient beaucoup parler d’histoires de harcèlement sexuel. L’idée était aussi de porter des thèmes qui ne seraient pas portés par les mecs : garde des enfants, horaires etc. Au fur et à mesure qu’évoluait les commissions, les besoins de discuter les problématiques des femmes de ménage ont été mises à l’écart au profit des revendications des cheminotes (qui étaient celles qui parlaient le mieux etc.). Donc la commission s’est dissoute. Ce sont les revendications des mieux loties, des mieux outillées, des mieux installées qui dominent.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.