Sarah Curtis reçue dans le séminaire « Genre et mission catholique » du LARHA (Lyon)

Sarah Curtis était à Lyon afin de présenter son dernier ouvrage (1) lors d’un séminaire organisé par le LARHRA et intitulé « genre et mission catholique ». Professeure d’histoire à l’université d’Etat de Californie, Sarah Curtis est une spécialiste reconnue de l’histoire de la vie religieuse féminine depuis sa thèse sur les congrégations enseignantes du diocèse de Lyon (2).

Dans Civilizing habits, l’historienne travaille plus spécifiquement aux sœurs missionnaires de l’Empire colonial français. Comme elle l’a rappelé au cours de son exposé, l’historiographie a longtemps négligé cette question. Pour les historiens du religieux, et malgré l’importance des travaux de Claude Langlois (3), la mission était vue avant tout du point de vue des hommes, du missionnaire plutôt que de la missionnaire. Du côté de l’histoire des femmes, l’attachement des religieuses à l’autorité patriarcale dans l’Eglise et la soumission du conservatisme moral les a fortement discréditées – quand bien même, note l’historienne, « les religieuses du XIXème siècle, comme les féministes du XXème siècle, voyageaient à travers le monde et faisaient des choses que bien des femmes de leurs temps ne pouvaient pas faire ». Les historiens des espaces coloniaux redécouvrent aujourd’hui les religieuses missionnaires et intègrent les abondantes sources que leurs congrégations ont laissées dans leurs travaux.

Dans son dernier travail, Sarah Curtis part ainsi de la biographie de trois religieuses de la première moitié du XIXème siècle :

  • Philippine Duchesne, religieuse du Sacré-Coeur, partie aux Etats-Unis dans l’espoir d’y évangéliser les indiennes (selon le modèle de l’ursuline du XVIIème siècle Marie de l’Incarnation) et qu’on peut tenir comme la fondatrice des lycées catholiques de jeunes filles dans ce pays,
  • Emilie de Vialar fondatrice de la congrégation de Saint Joseph de l’Apparition qui suivit les troupes françaises en Afrique du Nord et travailla parmi les populations musulmanes,
  • Anne-Marie Javouhey, fondatrice de la congrégation de Saint-Joseph de Cluny, collaboratrice du pouvoir colonial qui lui confiait des esclaves libérés pour les christianiser en Guyane ou au Sénégal.

Les femmes ont pu rencontrer des oppositions de la part des ecclésiastiques comme Emilie de Vialar, face à l’évêque d’Alger, même si, dans cette aventure, il semble difficile de distinguer ce qui relève d’un rapport religieux (évêques/congrégations) d’un rapport de genre (hommes/femmes). Pétries des idéaux universalistes chrétiens de l’époque, les trois femmes lient l’idée de « civilisation française » et l’idéal missionnaire du christianisme. Sans vouloir imposer frontalement la culture chrétienne, ce qui aurait été difficile par exemple au Maghreb, ces religieuses participent à la croyance de l’époque selon laquelle l’exercice d’œuvres charitables et l’exemplarité d’une vie chrétienne pourraient être indirectement sources de conversion. Philippine Duchesne accepte de scolariser dans ses écoles des jeunes filles de la bourgeoisie protestante contre une promesse de neutralité. Peut-être plus intéressante la réflexion de Sara Curtis sur les « baptêmes clandestins » conférés aux enfants indigènes hospitalisés et à l’article de la mort (souvent à l’insu de leurs familles). Dans le droit canon, conférer le baptême ne relève pas forcément du ministère sacerdotal mais peut être donné, en cas d’urgence, par un laïc ou une religieuse. Transgression du genre masculin sacerdotal ? Les religieuses semblent d’un côté exploiter au maximum cette possibilité… Mais l’historienne n’a pas trouvé dans les sources la trace d’accès à d’autres sacrements (eucharistie, extrême-onction). Quand bien même les sœurs étaient isolées, dans des réductions lointaines, sans forcément de prêtres à disposition pour assurer les sacrements, elles semblent avoir respecté la discipline de l’Eglise.

Quoiqu’il en soit, l’ouvrage de Sarah Curtis ouvre de nombreuses pistes de réflexion pour quiconque s’intéresserait à l’histoire des femmes, des missions et des espaces coloniaux au XIXème siècle ! A lire, vite !

Anthony Favier

 

Notes :

(1) Titre de l’ouvrage: Civilizing habits, women missionaries and the revival of French Empire (Oxford University Press, 384 p.)

(2) L’enseignement au temps des congrégations. Le diocèse de Lyon (1801-1905), Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 281 p., 2003.

(3) Langlois, Claude, Le Catholicisme au féminin. Les congrégations à supérieure majeure au XIXème siècle, Paris : Cerf, 776 p., 1984.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *