D’une historiographie des expériences ordinaires de la peste à une histoire des femmes en temps d’épidémie

Le lundi 4 juin, l’atelier Efigies Aix-Marseille s’est réuni pour la dernière séance de l’année universitaire 2011-2012.

À cette occasion, Fleur Beauvieux, doctorante en histoire au Centre Nobert Elias, a présenté l’état d’avancée de ses recherches sur les expériences ordinaires de la peste pendant l’épidémie qui a frappé Marseille entre 1720 et 1722.

Sa thèse porte sur la vie ordinaire des Marseillais pendant et juste après la peste de 1720-1722. Il s’agit de dresser un état des gestes, des lieux, des attitudes et des situations qui se transforment durant (l’épidémie) la peste et lors de la reconstruction immédiate de la société marseillaise juste après son passage. L’idée est d’interroger les institutions, les groupes et les dimensions individuelles pour privilégier la perception des acteurs contemporains de l’épidémie dans leurs interactions avec la réalité de la contagion, mais aussi la dimension fantasmée de cette dernière.

Comment les hommes et les femmes vivent pendant cette crise ? Dans cette perspective, la peste relève d’un « objet prétexte ». C’est le « temps de peste », ces quatre années au cours desquelles furent instituées des mesures de gestion spécifiques de la ville et de ses populations qui intéressent la doctorante. Il convient de s’éloigner de la conception spectaculaire de l’événement, sans pour autant renier son côté extraordinaire : la peste reste un temps d’exception.

La dimension genrée des expériences ordinaires de la peste

Dans ce cadre historiographique et théorique, l’une des pistes de travail consiste à analyser la dimension genrée de ces expériences ordinaires en temps de peste. Cette problématique, qui peut être résumée dans l’interrogation suivante « qu’est-ce qu’être une femme pendant le temps de peste ?», suppose de développer deux questionnements :

  • En premier lieu, celui de leur visibilité. De ce point de vue, le travail en cours s’inscrit dans le courant premier d’une histoire des femmes, ayant vocation à redonner une histoire à celles qui n’en ont pas eu. En effet, il n’y a pas d’études historiographiques s’intéressant spécifiquement aux femmes et la peste en France.
  • En second lieu, le questionnement relatif aux écarts induits/produits lors de la peste sur cette question, en prenant bien entendu en compte les femmes en interaction avec les autres, dont les hommes. Ce de point de vue, le travail relève plutôt du courant historiographiques qui s’intéresse aux relations hommes/femmes.

Il s’agit donc de poser la question de la visibilité des femmes avant de faire une analyse en termes de genre, qui est la plus intéressante du point de vue de la doctorante.

Trois axes sont ainsi présentés au cours de la présentation :

  • La figure de la mère et la question de la dissolution de la famille
  • Les discours dominants sur les femmes au prisme de l’épidémie
  • Les parcours singuliers de femmes dans la ville pendant le temps de peste

Mais avant d’aborder ces différentes thématiques, Fleur Beauvieux a mis en exergue la question des sources et du rapport aux archives.

La question des sources et le rapport aux archives

L’histoire est une connaissance par traces « que l’on appelle documents » (manuel fondateur de Langlois et Seignobos, 1898).

Les sources correspondent à « cet ensemble de documents de première main qui fonde le travail du chercheur, c’est-à-dire des documents produits par les acteurs de l’histoire étudiée, datant du moment choisi pour l’enquête ou de peu après, parfois transmis sous des formes réélaborées » (« Archives, documents, sources », Historiographies, tome I, p. 68)

F. Hildesheimer, l’une des spécialistes de la peste sous l’Ancien Régime (La Terreur et la pitié : l’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, 1990) note deux limites aux sources habituellement utilisées pour traiter de la peste :

  • la répétitivité des documents (religieux/administratif/médicaux…)
  • le vide archivistique pendant les moments de forte mortalité

Dans ce contexte, la doctorante utilise dans son travail une multiplicité de sources :

Les sources déjà utilisés par les historiens ayant précédemment travaillé sur la peste de 1720 à Marseille, mais que la doctorante analyse à partir de sa propre grille de lecture.

  • Les « relations de peste », c’est-à-dire des récits des évènements par les contemporains de l’époque. Il existe pour Marseille quatre grandes relations de peste, produites respectivement par un membre de la municipalité, un médecin, un religieux et un négociant. Il s’agit donc de quatre visions distinctes issues des groupes sociaux supérieurs de Marseille à cette époque.
  • Les sources municipales, administratives et institutionnelles (sources judiciaires et policières, fonds FF et fonds Santé GG des AMM)
  • Quelques sources privées
  • Enfin, des sources iconographiques (en particulier les tableaux de Michel Serre, témoin de l’épidémie)
  • Des archives des procès qui ont eu lieu du temps de l’épidémie ;

Enfin, des testaments et des actes notariés passés pendant le temps de peste (archives ordinaires, n’ayant pas pour but premier de décrire l’épidémie)

Les documents bruts, en tant que tels, sont sources de connaissance. Il s’agit de « faire parler les sources », comme le proposent Arlette Farge (Le cours ordinaire des choses dans la cité du XVIIIe siècle) ou Philippe Artières, notamment avec le collectif Maurice Florence (Archives de l’infamie).

Il y a en effet un aspect sensible particulier de l’archive pestiférée. Ainsi, ces tâches de vinaigre qui couvrent les documents et qui servaient à la désinfection…

1. La figure de la mère : la dislocation des liens familiaux pendant la peste

Mandement de Mgr de Belsunce du 22 octobre 1720 :

« (…) Nous avons vu les maris traîner eux-mêmes hors de leurs maisons et dans les rues les corps de leurs femmes, les femmes ceux de leurs maris, les pères ceux de leurs enfans, et les enfans ceux de leurs pères, témoignant bien plus d’horreur pour eux que de regret de les avoir perdus. Nous avons vu les corps de quelques riches du siècle enveloppés d’un simple drap, mêlés et confondus avec ceux des plus pauvres et des plus misérables en apparence, jetés comme eux dans de vils et infâmes tombereaux, et traînés avec eux sans distinction à une sépulture profane, hors de l’enceinte de nos murs (…) »

Ce qui fait désordre c’est la rupture des barrières familiales et de l’ordre familial de la mort (l’enfant enterre les parents, etc.), qui se couple avec un autre désordre, le mélange des sexes dans la mort et dans la maladie comme le montre les descriptions données des hôpitaux. Mais ce qui choque, c’est aussi le mélange des groupes sociaux.

La confusion des âges, des sexes et des classes sociales renvoie à une « inversion de la société » dénoncée dans les discours des lettrés, appartenant à la classe dirigeante.

La question qui se pose du point de vue de ces acteurs est comment la société, et ceux qui ont le pouvoir, peuvent y remédier ?

2. Une débauche contagieuse : du religieux au politique en passant par le médical

Trois types de discours émergent principalement des études précédentes sur la peste : un discours religieux, un discours politique et un discours médical.

Dans les sociétés d’Ancien Régime, le pouvoir politique prend progressivement le pas sur le pouvoir religieux, tandis que le pouvoir médical émerge peu à peu, notamment pendant la peste de 1720.

Concernant la débauche (en fait dans le langage de l’époque, on parle de « luxure » pour ce qui a trait à la sexualité, la « débauche » désignant des excès plus généraux), ces trois discours, pour des raisons différentes, se recoupent : les rapports sexuels sont dangereux.

  • Discours religieux

Au début de l’épidémie, l’évêque de Belsunce fait des discours très virulents contre les Marseillais débauchés. Son argumentation est la suivante : si Marseille a la peste, c’est parce que Marseille est pécheresse donc Dieu envoie la peste pour punir les pêcheurs.

Mandement de Mgr de Belsunce du 22 octobre 1720 : « L’impiété, l’irreligion, la mauvaise fois, l’usure, l’impureté, le luxe monstrueux se multipliaient parmi vous (…) ».

2 phases au niveau du discours sur sexualité : il y a débauche du fait de la peur de la mort pendant le paroxysme puis une recrudescence des mariages lorsque l’épidémie se calme, pour survivre.

  • Discours médical

Ainsi, le médecin Bertrand explique comment la peste se propage par voie sexuelle : « Tous ces mariages cependant conclus si à la hâte & consommés de même firent de nouveaux malades. Car tantôt c’étoit un jeune-homme nouvellement débarqué, que des entremeteuses charitables saisissoient, pour ainsi-dire, au collet, & en arrachant le consentement au contact. Celuy-là surpris autant par l’infection de l’air que par l’agitation de ce nouvel exercice, ne tardoit guere de contracter aussi la maladie. »

Depuis l’Antiquité, on retrouve comme leitmotiv des traités médicaux l’idée suivante : pour se préserver de la contagion, « conserver sa semence en temps d’épidémie ». (Fabre, p. 48)

L’argumentation générale consiste à dire que les rapports sexuels risquent de prodiguer la contagion. Or, on voit progressivement ces discours prendre place dans le domaine civil et politique.

  • Discours politique

La source privilégiée pour appréhender le discours politique sont les ordonnances de police, c’est-à-dire des ordres promulgués ayant statut de loi.

Pendant le temps de la peste, on assiste à une explosion du nombre d’ordonnances de police : 144 ordonnances sont promulguées entre juillet et décembre 1722, tandis qu’en 1719, qui correspond à une « année ordinaire », on en compte seulement 16. Concernant la luxure, 2 ordonnances datant de mars et mai 1721 visent à réprimer la prostitution.

31 mars 1721 : Ordonnance portant que les Commissaires généraux feront une revue exacte pour découvrir les filles et femmes de débauche et en instruirons M. les Echevins

« Estant Avertis quil y a dans la ville un grand nombre de femmes & filles debauchées qui exercent une prostitution publique dans leurs maisons, Apartemens & Demeures & que plusieurs meme alertée de la nuit sous pretexte de demamnder laumone, vont par Les Rües pour accrocher les Soldats, matelots et autres, comme les depravations sont toujours Intollerables, & que dans ce temps de Contagion (outre quelles ne peuvent quirriter la Colere de Dieu) elles sont si pernicieuses, & dune consequence si dangereuses, quelles pourroient perpetuer le mal contagieux, pour y remédier.

Nous ordonnons aux Commissaires generaux chacun dans le departement de leur paroisse & aux commissaires particuliers chacun dans leur Isle dy faire Incessement une revüe ( ?) exacte & reconnoisse dy decouvrir les femmes & filles de Debauche qui y sont logées, & Apres avoir pris des Justes Informations de leur prostitution publiques, den dresser un memoire contenant le nom & la demeure desdistes femmes & filles de Debauche, les principaux faits de leur desordre & le nom & la demeure des personnes qui en pourront rendre temoignage, lequel memoire ils Dresseront double dont ils remetront l’un a nous … & lautre a M.ss les Echevins, pour les faire emprisonner & le proces leur etre fait a la diligence du procureur du Roy de la police, & Instruit sommairement & le plus tard dans huit Jours par… les Commissaires de police …. ; Ordonnons Encore que toutes les femmes & filles de debauche qui dabor apres la nuit close seront trouvées par la ville, sur le Quay du port ou autre endroit que ce soit, parlant avec des soldats, matelots ou autres gens de cette Espece ou allant avec eux de Compagnie, seront punies du fouet. Mandons aux Capitaines & autres officiers de la ville, Sergents de Guet & Gardes de police de les arrester & conduire en Prison, & aux corps de Garde, & aux habitans de leur donner toute laide & main forte … necessaire, (….) »

Cette ordonnance fait l’objet d’un affichage et de lectures publiques dans tous les lieux et carrefours de la ville.

1er mai 1721 : Ordonnance relative à la recherche des femmes et filles de débauche qui se sont retirées dans le terroir

Il y a une perméabilité des pouvoirs sous l’Ancien Régime.

Ces discours donnent accès à la vision que des hommes, qui plus est appartenant aux groupes sociaux supérieurs, ont de femmes appartenant aux couches populaires.

3. Prostitution, prostituées : les sœurs Pélissonne et Marie-Anne Granier

L’idée de la doctorante est de ramener au centre de l’analyse de la prostitution et des prostituées des subjectivités féminines à partir d’études de cas. Mais est-ce vraiment possible ? Plus modestement, il est peut-être possible de faire un inventaire des tactiques de contournement de l’ordre établi mises en œuvre par des prostituées en temps de peste.

Cette approche s’appuie sur la notion de tactique développée par Michel de Certeau dans L’invention du quotidien, ainsi que sur les travaux de micro-histoire de Giulia Calvi (Histories of a Plague Year. The Social and the Imaginary in Baroque Florence, 1984), portant sur la peste qui a sévi à Florence en 1630-31. Cette dernière étude s’appuie sur 300 procédures, qui en constitue le matériau principal.

Fleur Beauvieux a quant à elle trouvé seulement 28 procès : 17 procédures individuelles et 11 procès collectifs (touchant 2 à 12 individus). En tout, 63 personnes sont concernées par ces procès, parmi lesquelles 66,6% d’hommes et 33,3% de femmes. Ce sex ratio est normal pour des procédures d’Ancien Régime.

La catégorie « crime de mœurs »  correspond à 10 cas sur 28, avec 3 types de délits : viol, prostitution, et un cas unique de procès « pour fornication et stupre ».

Sur les 21 femmes incriminées, 14 le sont pour prostitution, soit les 2/3.

L’expulsion des prostituées est une pratique constante en temps de peste, qui relève – au même titre plus tard que l’enfermement de ces dernières pour tenter de vaincre les maladies vénériennes – d’une « prophylaxie morale » (cf. Corbin, Les Filles de noce).

L’idée est d’aller jusqu’à l’étude de cas, pour appréhender des individus, ici des prostituées.

Ainsi, on a le procès des sœurs Pélissonne, qui a lieu en mars/avril 1721, au moment de la promulgation des ordonnances contre les prostituées. Le tribunal en charge du dossier est un tribunal de police, à la tête duquel se trouve une municipalité militaire.

Il s’agit du procès de trois femmes, accusées de trois chefs d’accusation dans un procès groupé. À travers les archives du projet, on peut accéder à leurs paroles.

Nom Age Mariée ? Travail ? Chef inculpation Tactiques défense accusée Condamnation
Elizabeth Pelissonne 25 Oui, matelot Revendeuse Prostitution et maquerellage(déjà condamnée) Consent qu’elle reçoit des hommes chez elle, avec lesquels elle « badine », qu’elle se masque + dénie incrimination Fouet + 9 ans Refuge
Catherine Pelissonne 19 Non ?? Prostitution et maquerellage(déjà condamnée) Hommes chez elle mais « il ne se passoit rien de mauvais », « pas à mauvais dessein » + dénie incrimination Fouet + 9 ans Refuge
Marie-Anne Granier 18 Non Servante Prostitution publique et évasion nocturne maison de santé Avoue prostitution (à cause sœurs Pelissonne) + évasion Fouet + 5 ans Refuge

NB : Refuge créé à Marseille à la suite de la peste de 1630, par compagnie du Saint-Sacrement

Références bibliographiques

G. CALVI, Histories of a Plague Year. The Social and the Imaginary in Baroque Florence, Berkeley, University of California Press, 1989 (aux États-Unis, 1984).

O. CAYLUX, Arles et la peste de 1720-1721, Marseille, Université de Provence, “Le temps de l’histoire”, 2009.

C. CARRIERE, M. COURDURIÉ, F. REBUFFAT, Marseille ville morte. La peste de 1720, Gémenos, Autre Temps Éditions, « Temps-Mémoire », 2008 (1968).

D. CHEVÉ, Les corps de la Contagion. Étude anthropologique des représentations iconographiques de la peste (XVIe-XXe siècles en Europe), thèse de l’Université de la Méditerranée, 2003.

COLLECTIF MAURICE FLORENCE, Archives de l’infamie, Paris, Les Prairies Ordinaires, « Essais », 2009.

A. CORBIN, Les filles de noces. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Flammarion, « Champs », 1982 (1978).

M. DE CERTEAU, L’Invention du quotidien, tome I « Arts de faire », Paris, Gallimard, 1990 (1980).

J. DELUMEAU, La peur en Occident (XIIIe-XVIIe siècles), Paris, Fayard, « Pluriel Histoire », 2006 (1978).

G. FABRE, Épidémies et contagions. L’imaginaire du mal en Occident, Paris, PUF, 1998.

A. FARGE, Le goût de l’archive, Paris, Editions du Seuil, « Points histoire », 1989;  Le cours ordinaire des choses dans la cité du XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, « Librairie du 20e siècle », 1993.

J.-L. FLANDRIN, Les Amours paysannes. Amour et sexualité dans les campagnes de l’ancienne France, XVIe-XIXe siècle, Gallimard, « Archives », 1975; Le sexe et l’Occident. Evolution des attitudes et des comportements, Editions du Seuil, « Points histoire », 1981.

F. HILDESHEIMER, La Terreur et la pitié : l’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Paris, Publisud, 1990; Fléaux et société : de la Grande Peste au choléra, XIVe-XIXe siècle, Paris, Hachette, « Carré Histoire », 1993.

N.OFFENSTADT, « Archives, documents, sources », dans C. DELACROIX, F. DOSSE, P. GARCIA et N. OFFENSTADT (dir.), Historiographies, tome I « Concepts et débats »,  Saint-Amand, Gallimard, « Folio histoire », p. 68-78.

A. RIANI, Pouvoirs et contestations : la prostitution à Marseille au XVIIIe siècle (1650-1830), thèse de l’université d’Aix-Marseille I, 2 volumes dactylographiés, 1982.

M. SIGNOLI, Étude anthropologique de crises démographiques en contexte épidémiques. Aspects paléo et biodémographiques de la peste en Provence, thèse de l’Université de la Méditerranée, 1980.

M. ZANCARINI-FOURNEL, « Histoire des femmes, histoire du genre », dans C. DELACROIX, F. DOSSE, P. GARCIA et N. OFFENSTADT (dir.), Historiographies, tome I « Concepts et débats »,  Saint-Amand, Gallimard, « Folio histoire », p. 208-219.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. BOILEAU Bertrand dit :

    Bonjour

    Je suis écrivain et mon prochain roman va se passer à Marseille en 1720. Vous mentionnez les « relations de peste », c’est-à-dire des récits des évènements par les contemporains de l’époque. Il existe pour Marseille quatre grandes relations de peste, produites respectivement par un membre de la municipalité, un médecin, un religieux et un négociant.

    Pourriez vous m’aider à trouver le texte de ces relations ?

    Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien porter à ma demande.

    Bertrand BOILEAU

    PS : Si cela peut aider, j’ai une maîtrise de Sciences Économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.