Le comité de suivi individuel

Selon les textes officiels, chaque doctorant·e doit passer par le comité de suivi individuel à la fin de sa deuxième année pour pouvoir prétendre à une réinscription en troisième année de doctorat. Le comité de suivi individuel a été introduit par l’arrêté du 25 mai 2016. Celui-ci stipule :

Un comité de suivi individuel du doctorant veille au bon déroulement du cursus en s’appuyant sur la charte du doctorat et la convention de formation. Il évalue, dans un entretien avec le doctorant, les conditions de sa formation et les avancées de sa recherche. Il formule des recommandations et transmet un rapport de l’entretien au directeur de l’école doctorale, au doctorant et au directeur de thèse. Il veille notamment à prévenir toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement. Les modalités de composition, d’organisation et de fonctionnement de ce comité sont fixées par le conseil de l’école doctorale. Les membres de ce comité ne participent pas à la direction du travail du doctorant.

Dans les faits, il y a beaucoup de variantes. Voici quelques points à garder en tête.

Le comité de suivi : pourquoi, comment ?

Le comité de suivi individuel est un outil souvent mal utilisé, peut-être parce que relativement récent, puisqu’il n’est pas rare que doctorant·es et directeur·trices de thèse s’en servent pour évaluer uniquement l’aspect scientifique de la thèse en cours. Pourtant, en plus des “avancées de [leur] recherche”, l’arrêté mentionne les conditions de formation des doctorant·es, lesquelles doivent être étudiées par les membres du comité. Ainsi, si le·a directeur·trice de thèse assiste à la réunion, il est important qu’il ou elle se retire à la fin pour que le·a doctorant·e puisse librement s’exprimer et, le cas échéant, partager ses difficultés matérielles et/ou liées à l’encadrement. Souvent d’ailleurs, le·a directeur·trice de thèse n’assiste tout simplement pas à la réunion. L’arrêté est clair sur ce point ; il indique que le comité doit “veille[r] notamment à prévenir toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement”.

C’est l’école doctorale qui fixe les modalités de composition, d’organisation et de fonctionnement. Par exemple, certaines écoles n’imposent qu’une seule réunion (avant l’entrée en troisième année), quand d’autres en imposent dès la première année puis au-delà de la troisième année. L’arrêté n’est pas clair à ce sujet (cf. article 11 : “L’inscription est renouvelée au début de chaque année universitaire par le chef d’établissement, sur proposition du directeur de l’école doctorale, après avis du directeur de thèse et, à partir de la troisième inscription, du comité de suivi individuel du doctorant.”).

Il est donc important de se renseigner bien en amont auprès de votre école doctorale de rattachement.

Focus sur les membres du comité de suivi

Au vu des objectifs du comité de suivi, il est important de choisir des membres avec qui l’on se sent en confiance. S’il faut effectivement discuter de ce choix avec votre (vos) directeur·trice(s) de thèse, n’hésitez pas à dire et imposer vos préférences.

On l’a dit, c’est l’école doctorale qui a le dernier mot en matière de composition. Renseignez-vous bien car, dans certains cas, les membres du comité ne peuvent pas faire partie du jury final de thèse. Le comité ayant des responsabilité externes à la recherche, il est préférable de ne pas solliciter des expert·es de votre champ de recherche, au risque de ne pas pouvoir leur demander de participer à votre jury final.

Se préparer au comité de suivi

La réunion est l’occasion de faire le point sur votre avancement de la thèse. Vous devez donc, avant la réunion, envoyer aux différents membres du comité un rapport contenant vos activités : enseignement, communications, publication, autres responsabilités, valorisation de la recherche etc. De la même façon, n’hésitez pas à détailler votre calendrier de recherche : entretiens, archives, rédaction etc.

C’est aussi l’occasion de faire un bilan de l’année ou des années écoulées pour mieux planifier la ou les suivantes !

Vers qui se tourner en cas de problème/question ?

Chaque école doctorale étant libre de gérer le fonctionnement du comité de suivi, n’hésitez pas à la contacter. Par ailleurs, vos élu.es doctorant.es vous représentent. Il ne faut donc pas hésiter à les contacter pour toute requête/problème/litige. Quelques contacts ICI.

Retours d’expérience :

N’hésitez pas à partager vos expériences, dans les commentaires et/ou les réseaux sociaux !

En attendant, voici un retour d’expérience intéressant : https://valmed.hypotheses.org/153 

A retenir :

  • Se renseigner impérativement sur les modalités d’organisation auprès de son école doctorale
  • Choisir des membres de confiance
  • Le·a directeur·trice n’assiste pas obligatoirement à la réunion, ceci pour favoriser l’indépendance du comité
  • Dans le cas où le.a directeur.trice assiste à la réunion, il ou elle doit se retirer à la fin pour permettre un entretien plus libre
  • Le·a doctorant·es doit pouvoir se sentir libre de s’exprimer sur ses difficultés matérielles et/ou d’encadrement