Partenariats

Pour assurer le développement et la continuité de ses objectifs et de ses projets, l’association établit des partenariats avec d’autres structures ou associations.

 

  • ANEF – Association Nationale des Etudes Féministes
    • L’ANEF – Association Nationale des Études Féministes – créée en 1989, a pour objectif de développer et promouvoir les enseignements et les recherches féministes dans l’ensemble des disciplines.

      Elle regroupe des enseignantes, des chercheuses, des étudiantes et d’autres personnes impliquées dans les recherches et enseignements féministes.

      Activités :

    • Publication des actes de ses journées annuelles dans le Bulletin de l’ANEF (ISSN:1163-1422), 1 numéro par an.
    • Organisation, en partenariat avec des acteurs institutionnels, d’états généraux des recherches féministes sur le genre (2009-2012)
    • Membre du conseil scientifique de la mission pour la place des femmes au CNRS.
    • Membre du Groupe Genre de la MIPADI sur la stratégie nationale pour la recherche et l’innovation (S.N.R.I.)
    • Promotion de l’institutionnalisation des recherches féministes, de la création de postes fléchés d’enseignement, de recherche et de documentation.
    • Œuvre au développement des recherches et des cursus de formation en études féministes et sur le genre.

 

  • CLASHES
    • Le CLASHES – Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement sexuel dans l’Enseignement Supérieur – est créé en 2002 par des doctorantes qui lancent dans la presse une campagne de sensibilisation à la question du harcèlement sexuel à l’université.

      Au départ, un constat : le dispositif de prévention et de sanction interne aux universités et aux EPST ne permet pas aux étudiant-e-s victimes d’obtenir cessation des violences et réparation. Son objectif n’était pas de fournir une aide psychologique et juridique aux victimes (elle n’en avait pas les moyens), mais de lever le silence sur les violences sexuelles et sexistes à l’université et dans les EPST.

      Devenu une association en 2003, le CLASCHES diffuse des informations juridiques sur le harcèlement sexuel et surtout, œuvre à la réforme des institutions universitaires et de recherche.

      Toutes les informations au sujet du harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur sont disponibles sur le site Internet, ainsi que des conseils, des modèles de lettres/dossiers de plainte, des références et des liens vers les instances compétentes.

      Contact: contact@clasches.fr

  • CNRS – Genre
    • Placée auprès de la Présidence, la Mission pour la place des femmes au CNRS agit comme un observatoire chargé d’impulser, de conseiller et d’évaluer la prise en compte du genre dans la politique globale de l’établissement. La mission travaille en étroite collaboration avec les instituts scientifiques, les directions fonctionnelles (direction des ressources humaines notamment), les délégations régionales du CNRS et les laboratoires travaillant sur le genre. Elle compte des partenaires variés, en France comme à l’étranger : structures homologues au sein des universités, associations de femmes scientifiques et de chercheuses/eurs en recherche genre, réseaux professionnels de l’égalité des chances, etc.

      Son action s’articule selon trois axes principaux :

      • promouvoir l’égalité professionnelle au sein du CNRS
      • promouvoir la transversalité de l’approche « genre » en recherche
      • valoriser les carrières scientifiques et techniques auprès des jeunes, notamment les jeunes filles

      Sites internet :

 

  • RING
    • La Fédération de recherche sur le genre (Fédération RING), constituée sur les conseils du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, reconnue par ses instances (note de février 2009) fait suite auRéseau Interuniversitaire et Interdisciplinaire National sur le Genre. Le RING a été créé comme PPF en 2001 à l’initiative d’un collectif d’enseignantes-chercheuses de différentes équipes et universités, en particulier Paris Diderot (CEDREF, organisateur initial du projet) ; Paris 8, Toulouse Le Mirail, Lumière Lyon 2, en association avec le GERS (UMR, aujourd’hui CRESPA). Depuis sa fondation, nombre de d’enseignant.e.s chercheurs/chercheuses et de collectifs appartenant à différentes équipes ont rejoint le RING (Université de Bretagne occidentale, Université de Tours, Paris Dauphine, Paris Ouest, Paris I, Université de Provence, Université de Lille 3, Archives du féminisme, Mnémosyne…). Enfin le RING travaille en relation étroite avec une association de jeunes chercheuses et chercheurs en études féministes, genre et sexualités, EFiGiES.

      Ces équipes partagent une même problématique scientifique qui implique la reconnaissance du caractère sexué de l’organisation des sociétés humaines et la prise en compte de la construction sociale et symbolique des catégories de sexes et des rapports entre les sexes. L’étude des rapports de genre traverse tous les domaines, des pratiques politiques aux représentations sociales, de la formation des disciplines à leur institutionnalisation. Elle exige une approche pluridisciplinaire.

      La Fédération RING a pour objectif la coordination des pôles d’enseignement et des équipes de recherche. Elle accueille aussi des enseignant.e.s et les chercheuses ou chercheurs isolé.e.s. Elle assure la diffusion des études sur le genre au niveau non seulement national, mais européen et international, par la constitution de réseaux. Son activité a pour but d’enrichir les problématiques existantes en favorisant les échanges critiques à l’intérieur de chaque discipline et entre les disciplines. La Fédération poursuit en les élargissant les activités du RING. Elle organise en particulier :

      • Des conférences invitant des chercheuses et chercheurs renommés à présenter les travaux menés sur le genre dans différentes disciplines et différents pays.
      • Des journées d’études, colloques, séminaires, permettant d’assurer la transmission des acquis de la recherche féministe, dans le respect d’un haut niveau d’exigence scientifique (Parmi les prochains thèmes envisagés : genre et colonialisme, genre et sciences…).
      • Des rencontres européennes régulières, en France et hors de France, afin de pérenniser un réseau de chercheuses avec lesquelles les enseignantes chercheuses de la Fédération travaillent.
      • Un programme de publications, essais individuels et travaux collectifs issus des recherches et pratiques en cours, et un soutien à des traductions d’ouvrages étrangers importants, ainsi que l’élaboration de manuels à destinations de l’enseignement secondaire.
      • La circulation de l’information et les relations au sein du réseau par :
        – un annuaire
        – une lettre d’informations
        – un site (http://www2.univ-paris8.fr/RING/).

      Trois établissements sont aujourd’hui en charge de la coordination des activités de la Fédération RING : l’Université Paris 8, rattachement principal, l’Université Lumière Lyon 2 et l’Université Paris Diderot, rattachements secondaires. Entre les établissements parties prenantes de la Fédération, une convention cadre sera signée par chacun des présidents afin de mutualiser les moyens et les compétences des universités concernées. En premier lieu Paris 8, Lumière Lyon 2, Paris Diderot qui pourront être rejoints par les autres universités et établissements de recherches affiliés à la Fédération.

 

  • Arpège – Réseau genre, société et politique d’égalité
    • « Arpège, Approches Pluridisciplinaires du Genre, est un réseau visant à promouvoir les recherches sur le genre. Adossé à une douzaine de laboratoires de recherche, il regroupe plus d’une centaine d’enseignant.e.s-chercheur.e.s et doctorant.e.s des établissements universitaires toulousains. »

 

  • Mnémosyne 
    • « Mnémosyne est née à l’initiative de la revue CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés (devenue depuis 2014 CLIO, Femmes, Genre, Histoire) lors d’une assemblée générale constitutive tenue le 21 octobre 2000. «L’association a pour but le développement de l’histoire des femmes et du genre en France, dans les universités comme dans tous les lieux, institutionnels, associatifs et culturels d’enseignement, de formation, de recherche et de conservation ».

      L’association Mnémosyne est la Section française de la Fédération Internationale pour la Recherche en Histoire des Femmes et membre de l’European Platform of Women Scientists »