Quand le genre s’invite en sociologie de l’environnement et en études filmiques

19 novembre 2011
Par

La première séance de l’année universitaire 2011-2012 de l’atelier Efigies Aix-Marseille s’est tenue à la MMSH le 29 septembre dernier.

Dans un premier, Céline Guilleux (LPED, Université de Provence) a présenté ses recherches sur la façon dont les perturbateurs endocriniens sont constitués en problème social par certains groupes et montré comment, à l’articulation entre médical et environnemental, sont (ré)affirmés dans ces réseaux diverses normes en matière d’identité sociale de sexe. Dans un deuxième temps, Pascal Génot (Université de Corse) a présenté un état des lieux de la problématique de genre dans les études filmiques en France, avant de proposer une discussion sur la technique du focus group dans le cadre d’une approche en termes de gender sur les études de films, en l’occurrence une étude des représentations de l’ethnicité régionale dans le cinéma et la télévision française sur la Corse.

L’analyse des perturbateurs endocriniens, des animaux aux êtres humains,

Céline Guilleux (LPED, Université de Provence)

Cette intervention s’inscrit dans une recherche de doctorat en sociologie de l’environnement comportant trois axes principaux :

  • la manière dont des réseaux de relations se construisent entre groupes hétérogènes environnement / santé (militant écologistes, scientifiques, médecins, décideurs, gestionnaires du risque…) ;
  • comment des éléments de contestations écologistes sont incorporés dans des institutions et produisent des normes ;
  • comment les institutions et les groupes sociaux instituants sont transformés dans ce processus.

Fin 1990, quelques militants écologistes ou membres d’associations de protection de l’environnement intègrent la santé dans leurs préoccupations, et font référence aux principes de la médecine douce et aux approches autonomistes de la santé (contestation de la médicalisation, recherche de la valorisation de la personne humaine, technique de « découverte du corps ») cf. Les Verts, l’association comme France Nature Environnement, etc. Ils tendent à définir la santé comme la traduction de la qualité de la relation de l’homme à l’écosystème (préservation environnement, biodiversité…)1. Ils introduisent de nouvelles problématiques : effets cocktails, ondes électromagnétiques, problématique des faibles doses, rôle de la pollution dans les maladies chroniques…

Dans les années 2000, ces questions sont de plus en plus visibles sous l’effet de la montée en puissance des préoccupations liées à la biodiversité et réchauffement climatiques. Elles conduisent à un repositionnement du corps médical, certains médecins généralistes reprennent à leur compte la définition environnementale de la santé, s’engagent dans des mobilisations locales, etc. En retour, cette évolution a des effets sur les problématiques écologistes, et notamment sur le cas des perturbateurs endocriniens.

Les perturbateurs endocriniens sont un mode de classification de substances chimiques (mutagènes, cancérigènes, reprotoxiques, etc.). Ils visent des produits ayant des effets sur l’organisme et la descendance à partir de modification de la fonction hormonale, cf. définition européenne en 1996. Un grand nombre d’objets quotidiens en contiennent. Ils portent l’idée d’une contamination généralisée et omniprésente de l’environnement, mais aussi du corps humain.

Le verso d'un ticket de caisse d'un supermarché marseillais (sept. 2011).

Les perturbateurs endocriniens tendent à devenir une question sociale assez forte cf. les documentaires « Notre poison quotidien », « Mâle en péril », ou la campagne sur le Bisphénol A en 2010 qui a abouti à l’interdiction des biberons en plastique en incluant2.

Les perturbateurs endocriniens s’inscrivent aujourd’hui dans une étiologie médicale, mais ils sont issus des préoccupations écologistes et naturalistes pour la reproduction de la faune sauvage dès les années 1960 (espèces en danger, etc.) plutôt que du corps médical lui-même. Cf. livre Le printemps silencieux, considéré comme précurseur et qui a conduit à l’interdiction du DDT aux États-Unis

A la fin des années 1980, une militante écologiste qui passe tardivement un doctorat de zoologie qui s’intéresse aux PCB et PCP dans les Grands Lacs et dans la baie du Saint Laurent (Beluga), est une des premières à faire le lien avec d’autres publications qui mesurent la contamination du lait maternel et les premières recherches sur l’exposition au distilbène ou les travaux sur la pollution à Minamata (pollution au mercure). En 1991, elle organise une rencontre interdisciplinaire qui aboutit à la déclaration de Wingspring, manifeste sur le danger des molécules chimiques pour la reproduction sexuelle, à laquelle il est souvent fait référence. Dans cette déclaration, il est question de « féminisation des mâles » et de « masculinisation des femelles ».

Mais ce que ça veut dire concrètement n’est pas clair du tout et rarement évoqué. Ces problématiques voient ainsi s’épanouir un certain nombre d’images, utilisées pour dramatiser l’enjeu, et dont l’ambiguïté est renforcé par une application de l’étiologie des perturbateurs endocriniens aux êtres humains (alors qu’elle a été forgée sur les animaux), et tendanciellement plutôt aux hommes qu’aux femmes dans les années 1990. Cf. les travaux de Niels Shakkebaeck sur le nombre de spermatozoïdes produits dans un éjaculat et montre une diminution moyenne de 50% de spermatozoïdes depuis les années 50. En parallèle  il s’intéresse à certaines anomalies et pathologies masculines touchant les organes reproducteurs dont le cancer des testicules, la cryptorchidie (non descente des deux testicules dans les bourses) et l’hypospadias (malformation de l’urètre) et formule l’hypothèse que ces trois éléments ne forment qu’un seul syndrome, la dysgénésie testiculaire, engendrant une baisse de la fertilité masculine. L’observation d’une vingtaine de colloques rassemblant chercheurs, journalistes, médecins, et militants écologistes indique que ces questions y sont rarement reprises avec de la distance critique, et ouvrent un nouvel espace au thème des perturbateurs endocriniens et à leur légitimation auprès des pouvoirs publics. Ces colloques entremêlent discours scientifique et discours militant dans une veine très moralistes.

De façon majoritaire, dans les entretiens comme dans la littérature grise ou de presse, les perturbateurs endocriniens sont majoritairement évoqués à propos de la reproduction masculine. Pour les femmes, le motif parfois avancé, principalement par l’endocrinologue Charles Sultan, est celui de la puberté précoce – qui entremêle discours médical et jugement sur l’évolution de la société (« lolitas & co »), ou celui de « population sensible » qui comprend les mères au titre d’un lien privilégié aux enfants (transmettraient les toxines accumulées pendant leur vie via l’allaitement et le cordon ombilic). Les enfants eux-mêmes constituent une « population sensible », avec une définition de l’enfance qui inclut la période qui va de la conception à la période prénatale : le fœtus considéré comme un enfant. Cf. Philippe Granjean, Dominique Belpomme, Appel de Paris

Ce mouvement soulève plusieurs difficultés.

Les femmes deviennent donc une population sensible en tant qu’elles sont une cible privilégiée des politiques publiques, un levier d’action. Elles sont visées en tant qu’elles auraient la responsabilité du choix des produits d’entretiens, de l’élevage des enfants, du choix de l’alimentation au sein du mange, etc. Cf. un article de Libération qui couvrait un colloque important sur la question de la reproduction et des substances chimiques, expliquant sous le titre Les spermatos en récession que « pour protéger les hommes, il faut protéger en particulier les femmes enceintes ». Cette approche n’est pas sans générer une forme de culpabilisation des femmes, et de populariser l’idée de « mères toxiques ».

Par ailleurs, l’idée d’inégalité environnementale devient une inégalité biologique (enfants & femmes sont toujours concernés – et pas les personnes âgées par exemple). La figure de l’enfant est mobilisée comme symbole de ralliement apolitique à un discours catastrophiste. Un privilège est accordé à des stratégies individuelles d’évitement de la pollution (consommation rassurante, conseils pratiques, & préconisations sur les tâches domestiques cf. blog sur site d’Arté de Marie Monique Robin). Une minorité de discours véhicule également en outre une forme d’eugénisme, et un discours sur le déclin de l’homme blanc occidental.

Conclusion :

Ces mobilisations renvoient à un débat plus large en sociologie de l’environnement sur la féminité et l’écologie, cf. les livres d’écoféminismes qui vont s’interroger sur le fait que les femmes ont un comportement naturellement plus écologique que les hommes. Cette tendance commence en France avec Françoise d’Eaubonne, qui reprend le thème, important dans les années 1970, de la surpopulation et fait un lien entre surpopulation, environnement et accès à la contraception. Cf. Women in Europe for Common Future (WECF), qui se définit comme une association féminine (pas féministe).

La réception de la problématique de genre en études filmiques,

Pascal Génot (Université de Corse)

Pascal Génot présente un état des lieux de la problématique de genre dans les études filmiques en France, avant de proposer une discussion sur la technique du focus group dans le cadre d’une approche en termes de gender sur les études de films, en l’occurrence une étude des représentations de l’ethnicité régionale dans le cinéma et la télévision française sur la Corse. Il a auparavant réalisé une thèse en Sciences de l’Information et de la Communication sur la patrimonialisation du cinéma en lien aux identités collectives dans le cas corse3.

Les études cinématographiques et audiovisuelles sont un champ pluridisciplinaire, unifié par leur objet : le cinéma, la télévision et les « nouvelles images ». A l’université, la section CNU d’enseignement et de recherche dominant ce champ sont les arts ; puis, loin derrière, les sciences de l’information et de la communication ; ensuite les Langues, les Lettres, l’Histoire contemporaine. La sociologie et l’anthropologie y ont une place anecdotique. Ce champ est fédéré par un réseau commun – l’Association Française des Enseignants et Chercheurs en Cinéma et Audio-Visuel (AFECCAV).

La réception des gender studies est problématique dans les études filmiques. En 2008, Michel Marie diagnostique dans le bulletin de l’AFECCAV n°20 une « théorie française [du cinéma] globalement allergique aux recherches féministes ou liées aux minorités sexuelles ou ethniques ». Aux États-Unis la situation est inverse : ce sont les humanités qui soulignent aux sciences sociales l’importance des questions de genre (au point que l’anthropologue Gayle Rubin doit, pour nuancer cette tendance, rappeler l’apport des sciences sociales aux études sur le genre et les sexualités). En France, plane le spectre de la délégitimation culturelle du cinéma comme art. L’approche du cinéma à l’université (mais aussi dans l’enseignement secondaire, par la critique professionnelle des films, dans les milieux culturels du cinéma, etc.) est marquée par un fort légitimisme que l’on retrouve dans toute la cinéphilie « savante ». Dès qu’une problématique en termes de rapports sociaux est introduite, elle est perçue comme une critique de la politique des auteurs et une remise en cause de l’autonomie de l’esthétique formelle. De même, les analyses de contenu sont tenues en marge, si ce n’est refusées, décriées comme une approche « thématique ».

A partir de la fin des années 1970, un premier courant théorique va remettre en question l’immanentisme et le formalisme de l’analyse filmique. Il est représenté, notamment, par Roger Odin qui fait évoluer l’analyse sémiologique des films, alors dominante, vers une sémio-pragmatique. On peut parler d’un premier mouvement contre-hégémonique dans la théorie du cinéma en France.

Au début des années 1990 commence un deuxième mouvement contre-hégémonique au sein du champ des études filmiques en France, que l’on pourrait décrire comme une tentative de promouvoir des cultural studies à la française4. Il s’appuie notamment sur l’histoire culturelle et l’histoire sociale des représentation (Pascal Ory) ; les star studies ((Richard Dyer, Stars, 1979)) influence également ce courant5.

Dans les années 2000, hors du champ des études cinématographiques mais en lien avec les courants précédemment évoqués, émerge un troisième mouvement (dans lequel Pascal Génot se situe), descriptible comme une sociologie de la communication, des médias et de la culture fortement inspirée par les cultural studies, qui se réunit sous l’étendard des médiacultures6. Riche par les ouvertures épistémologiques qu’il suscite, l’un des biais de ce troisième mouvement est toutefois une tendance à déclarer un peu tous en chœur : « Haro sur le Bourdieu ». Comme le fit remarquer l’éditeur Jérôme Vidal (Editions Amsterdam) : faut-il que « nous nous trouvions réduits à choisir l’un des membres, mutuellement exclusifs, de l’alternative Bourdieu ou Touraine » ? (voir « Remarques en guise d’introduction à la collection Méthéoriques », dans Stuart Hall, Amsterdam, 2007).

Qu’est-ce qu’une approche en termes gender des films ? D’après Geneviève Sellier, « si on définit l’approche gender comme l’étude des la construction sociale des normes sexuées, une approche genrée des études filmiques suppose de traiter les films 1. comme une construction culturelles et non comme le reflet de la société ; 2. comme des productions culturelles, par définition polysémiques et ambivalentes ; et 3. comme des interactions entre un texte et un contexte de production et de réception »7. L’approche gender du cinéma émerge dans les années 1970 avec l’article fondateur de Laura Mulvey qui analyse le cinéma à l’aune de la notion de triple regard dans son article « Visual Pleasure and  Narrative Cinema »8 : regard masculin de la caméra, regard des personnages masculins sur les personnages féminins, regard du public masculin sur les femmes. Largement nuancé par la suite, y compris par son auteure même, ce texte initialise l’étude de la production et de la reproduction des normes sexuées par et dans les films.

De quelle façon peut-on mobiliser une approche en termes de genre sur l’ethnicité régionale dans les représentations filmiques ? Pascal Génot propose de mobiliser sur le plan théorique, aux côtés de l’approche gender des représentations, la sociologie des médiacultures d’Eric Macé, avec l’idée de mouvements hégémoniques et contre-hégémoniques, de conflits dans la définition de la réalité ; aussi, la sociologie du film de Jean-Pierre Esquenazi qui insiste sur la nécessité de définir le film comme un processus social, d’intégrer dans l’analyse les cadres de référence des films. L’analyse porte alors sur l’événement filmique et inclut dans l’analyse tout ce qui l’accompagne9.

Son propre travail repose sur un corpus de films et de téléfilms français de fiction de 1992 à 2012, qu’il s’agirait d’appréhender par leur réception. Pascal Génot soulève la question méthodologique des focus group, méthode classique des media studies, et mobilisée dans des enquêtes dès les années 196010. Dans les cultural studies, c’est très fréquent mais en France, rares sont ceux qui mobilisent la méthode (elle est un peu utilisée dans des études sur la télévision, mais plutôt dans des recherches sur des émissions plutôt que des séries ou des téléfilms). La prise en compte de la réception en général passe plutôt par la presse critique (ce qui est pourtant un mode de réception très particulier), le web (mais méthodologiquement c’est une méthode moins assurée que les focus group), et plus généralement sur des matériaux « historiographiques ».

L’objectif de la recherche serait de répondre aux questions suivantes : que serait un public corse ? quels cadres d’interprétation à l’œuvre ? quels modes de lecture des films les plus présents ? est-ce qu’une lecture en termes de genre émerge ? Pascal Génot envisage de mobiliser l’Amicale des corses d’Aix – association attentive à l’image des corses, dont les membres sont soucieux de conserver leur corsité, etc. Qu’est-ce qu’ils ont vu comme films, qu’est-ce qu’ils se conseillent ? Quelles sont les lignes de fracture entre membres ? La discussion collective qui suit la présentation discute de la façon empirique d’aborder ces questions.

  1. Cf André Cicolella, Le défi des épidémies modernes, Paris, La Découverte, 2007 []
  2. Voir aussi le développement du Réseau Environnement Santé associant écologistes, scientifiques militants, etc []
  3. Patrimonialisation du cinéma et identités collectives : La Corse et l’archive de son image, soutenue en décembre 2010 à l’Université de Corse – Pasquale Paoli []
  4. cf. Geneviève Sellier, Noël Burch, La drôle de guerre des sexes du cinéma français, Nathan, 1996 []
  5. cf. Ginette Vincendeau, Jean Gabin : anatomie d’un mythe, Nathan, 1993 []
  6. cf. Macé & Maigret, Penser les médiacultures, Armand Colin, 2005 []
  7. cf. introduction de Le cinéma au prisme des rapports de sexe chez Vrin, 2009 []
  8. Revue Screen, 1974 []
  9. cf. « Le film, un fait social », revue Réseaux, n° 99, 2000 []
  10. Cf. David Morley sur l’émission « Nationwide », The Nationwide Audience, 1980, ou Talking about feminity d’Elisabeth Frazer, 1989 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : EFiGiES Aix-Marseille, compte-rendus, EFiGiES Aix-Marseille

Laisser un commentaire

Contrat Creative Commons


Carnets de recherche